On fait appel à elle pour les grands événements. Et les affiches de D1A font évidemment partie du lot. Protection Unit, société liégeoise de gardiennage privé, est de plus en plus présente dans les stades. Une entrée dans le monde du football qui semble presque inévitable, quand l'incontournable Lucien D'Onofrio fait partie de vos administrateurs. Une fonction qu'il a abandonnée dans le courant de l'année 2019, et qu'il justifie en expliquant avoir fait ça "pour aider les gens et pour une société liégeoise", répondant aux questions du magazine Wilfried, qui consacre une enquête à Protection Unit dans son numéro de ce 23 avril.

Dès 2009, la société de gardiennage s'ouvre les portes du Standard. Protection Unit ne tarde pas à s'étendre dans les stades, avec une méthode bien particulière: proposer des prix défiant toute concurrence, et réclamer en échange une présence visuelle sur les panneaux publicitaires. On voit ainsi défiler le nom de la boîte liégeoise à l'Antwerp - nouveau repère de D'Onofrio, le contrat lancé en 2017 coïncidant avec son arrivée - mais aussi à Anderlecht, à l'Union Saint-Gilloise ou au Beerschot. Le rival historique du Great Old a d'ailleurs ratifié cette association en janvier 2019, alors que Lucien D'Onofrio était toujours administrateur de Protection Unit.

À Sclessin aussi, la société est revenue par la fenêtre après s'être fait indiquer la porte de sortie. Le gardiennage rouche était passé aux mains de la société FACT, récemment rachetée par Protection Unit. L'ancestral rival local du FC Liège n'est pas en reste, puisque PU y officie "depuis plusieurs années lors de rencontres d'importance", de quoi confirmer ce qu'on peut lire sur le site de la boîte : "Protection Unit et le foot, une histoire qui roule."

Du côté d'Anderlecht, Marc Coucke n'est probablement pas étranger à la signature du contrat entre les Mauves et Protection Unit, signé fin août 2019 pour un minimum de trois ans. Le patron du Sporting bruxellois est ainsi président du conseil d'administration de Mithra, la société de François Fornieri, ce dernier étant l'actionnaire principal de Protection Unit.

Des partenariats parfumés aux doutes, puisque Protection Unit est généreusement arrosée d'argent public, comme le démontre l'enquête du magazine Wilfried.

On fait appel à elle pour les grands événements. Et les affiches de D1A font évidemment partie du lot. Protection Unit, société liégeoise de gardiennage privé, est de plus en plus présente dans les stades. Une entrée dans le monde du football qui semble presque inévitable, quand l'incontournable Lucien D'Onofrio fait partie de vos administrateurs. Une fonction qu'il a abandonnée dans le courant de l'année 2019, et qu'il justifie en expliquant avoir fait ça "pour aider les gens et pour une société liégeoise", répondant aux questions du magazine Wilfried, qui consacre une enquête à Protection Unit dans son numéro de ce 23 avril.Dès 2009, la société de gardiennage s'ouvre les portes du Standard. Protection Unit ne tarde pas à s'étendre dans les stades, avec une méthode bien particulière: proposer des prix défiant toute concurrence, et réclamer en échange une présence visuelle sur les panneaux publicitaires. On voit ainsi défiler le nom de la boîte liégeoise à l'Antwerp - nouveau repère de D'Onofrio, le contrat lancé en 2017 coïncidant avec son arrivée - mais aussi à Anderlecht, à l'Union Saint-Gilloise ou au Beerschot. Le rival historique du Great Old a d'ailleurs ratifié cette association en janvier 2019, alors que Lucien D'Onofrio était toujours administrateur de Protection Unit.À Sclessin aussi, la société est revenue par la fenêtre après s'être fait indiquer la porte de sortie. Le gardiennage rouche était passé aux mains de la société FACT, récemment rachetée par Protection Unit. L'ancestral rival local du FC Liège n'est pas en reste, puisque PU y officie "depuis plusieurs années lors de rencontres d'importance", de quoi confirmer ce qu'on peut lire sur le site de la boîte : "Protection Unit et le foot, une histoire qui roule." Du côté d'Anderlecht, Marc Coucke n'est probablement pas étranger à la signature du contrat entre les Mauves et Protection Unit, signé fin août 2019 pour un minimum de trois ans. Le patron du Sporting bruxellois est ainsi président du conseil d'administration de Mithra, la société de François Fornieri, ce dernier étant l'actionnaire principal de Protection Unit.Des partenariats parfumés aux doutes, puisque Protection Unit est généreusement arrosée d'argent public, comme le démontre l'enquête du magazine Wilfried.