Pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouvait le football belge la saison passée après l'arrêt du championnat, il avait été décidé d'intégrer les finalistes de 1B, Oud-Heverlee Louvain et le Beerschot à la 1A tandis que Waasland-Beveren n'était pas relégué en 1B. Cette formule à 18 clubs devrait durer deux saisons avant un retour à 16 clubs. Ce qui aurait comme effet d'avoir trois relégués au terme de la saison 2021-2022. Cet arrangement a été soumis à une étude approfondie menée par Deloitte sur le format idéal de la compétition en Belgique.

Plusieurs clubs du K11 préfèrent continuer avec ce système d'un relégué direct et un barragiste encore la saison prochaine. Cela assure de la stabilité, surtout avec la crise du coronavirus, lourde au niveau financier, et limite les risques de faillite. D'autre part, elle donne à Deloitte l'occasion de compléter son étude. Le K11 aimerait attendre ces résultats avant de laisser tomber la formule actuelle. Le dossier est inextricablement lié à celui de l'intégration des espoirs en 1B, à l'instar du Club NXT, et dans les plus hautes séries du football amateur. Des discussions ont déjà eu lieu avec les séries amateurs sur des conditions de licence plus souples pour la 1B.

Un accord n'a pas été trouvé lundi, car il reste encore beaucoup de questions sans réponse. "Mais nous avons fait beaucoup de progrès", assure le directeur général de la Pro League Pierre François. Les deux points ont été ajournés à l'assemblée générale du 18 janvier. "Nous espérons parvenir à un accord pour la saison prochaine. Si cela ne marche pas, ce dont je doute, nous espérons intégrer les équipes espoirs des clubs professionnels dans les plus hautes séries à partir de la saison 2022-2023. Cela favorisera le flux et le développement de nos talents, et par extension, du football belge."

L'une des pierres d'achoppement est la répartition des clubs professionnels dans les différentes séries. Sur base de quels critères une équipe de U23 ira en 1B et l'autre en deuxième nationale? "La direction de la Pro League a formulé une proposition (dans laquelle le Club, Anderlecht, Genk et le Standard peuvent aligner leur équipe espoirs en AB, ndlr). L'assemblée générale veut d'abord étudier cette proposition en détail", explique François.

Pour les clubs amateurs, qu'il faut également convaincre, la Pro League brandit des compensations financières de 500.000 euros, tant pour Voetbal Vlaanderen que pour l'aile francophone, l'ACFF. "Nous accorderons cet argent dans le cadre des droits télévisés. Il était parfois destiné au relégué, mais si personne ne descend avec le changement de format, cet argent sera libéré. Voetbal Vlaanderen et l'ACFF décideront eux-mêmes ensuite à qui ils distribueront ce demi-million", détaille encore le directeur général de la Pro League.

Il reste encore les discussions avec le détenteur des droits, Eleven Sports. Un plus grand nombre d'équipes espoirs en 1B aura un impact sur les retransmissions. Théoriquement, les coûts de productions vont augmenter car il faudra diffuser plus de matchs en direct. "A moins, bien sûr, que nous ne revoyions le nombre de matchs d'un championnat. Ou que nous décidions que tous les matchs de 1B ne doivent pas être diffusés", analyse François. "La concertation avec Eleven est l'une des raisons pour laquelle nous n'avons pas encore voté. Ces détails doivent encore être discutés. Il en va de même pour une compensation financière pour les clubs de 1B. Nous voulons aussi écouter leurs préoccupations."

Pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouvait le football belge la saison passée après l'arrêt du championnat, il avait été décidé d'intégrer les finalistes de 1B, Oud-Heverlee Louvain et le Beerschot à la 1A tandis que Waasland-Beveren n'était pas relégué en 1B. Cette formule à 18 clubs devrait durer deux saisons avant un retour à 16 clubs. Ce qui aurait comme effet d'avoir trois relégués au terme de la saison 2021-2022. Cet arrangement a été soumis à une étude approfondie menée par Deloitte sur le format idéal de la compétition en Belgique. Plusieurs clubs du K11 préfèrent continuer avec ce système d'un relégué direct et un barragiste encore la saison prochaine. Cela assure de la stabilité, surtout avec la crise du coronavirus, lourde au niveau financier, et limite les risques de faillite. D'autre part, elle donne à Deloitte l'occasion de compléter son étude. Le K11 aimerait attendre ces résultats avant de laisser tomber la formule actuelle. Le dossier est inextricablement lié à celui de l'intégration des espoirs en 1B, à l'instar du Club NXT, et dans les plus hautes séries du football amateur. Des discussions ont déjà eu lieu avec les séries amateurs sur des conditions de licence plus souples pour la 1B. Un accord n'a pas été trouvé lundi, car il reste encore beaucoup de questions sans réponse. "Mais nous avons fait beaucoup de progrès", assure le directeur général de la Pro League Pierre François. Les deux points ont été ajournés à l'assemblée générale du 18 janvier. "Nous espérons parvenir à un accord pour la saison prochaine. Si cela ne marche pas, ce dont je doute, nous espérons intégrer les équipes espoirs des clubs professionnels dans les plus hautes séries à partir de la saison 2022-2023. Cela favorisera le flux et le développement de nos talents, et par extension, du football belge." L'une des pierres d'achoppement est la répartition des clubs professionnels dans les différentes séries. Sur base de quels critères une équipe de U23 ira en 1B et l'autre en deuxième nationale? "La direction de la Pro League a formulé une proposition (dans laquelle le Club, Anderlecht, Genk et le Standard peuvent aligner leur équipe espoirs en AB, ndlr). L'assemblée générale veut d'abord étudier cette proposition en détail", explique François. Pour les clubs amateurs, qu'il faut également convaincre, la Pro League brandit des compensations financières de 500.000 euros, tant pour Voetbal Vlaanderen que pour l'aile francophone, l'ACFF. "Nous accorderons cet argent dans le cadre des droits télévisés. Il était parfois destiné au relégué, mais si personne ne descend avec le changement de format, cet argent sera libéré. Voetbal Vlaanderen et l'ACFF décideront eux-mêmes ensuite à qui ils distribueront ce demi-million", détaille encore le directeur général de la Pro League. Il reste encore les discussions avec le détenteur des droits, Eleven Sports. Un plus grand nombre d'équipes espoirs en 1B aura un impact sur les retransmissions. Théoriquement, les coûts de productions vont augmenter car il faudra diffuser plus de matchs en direct. "A moins, bien sûr, que nous ne revoyions le nombre de matchs d'un championnat. Ou que nous décidions que tous les matchs de 1B ne doivent pas être diffusés", analyse François. "La concertation avec Eleven est l'une des raisons pour laquelle nous n'avons pas encore voté. Ces détails doivent encore être discutés. Il en va de même pour une compensation financière pour les clubs de 1B. Nous voulons aussi écouter leurs préoccupations."