Le marché des transferts se clôture traditionnellement le 31 août, mais plusieurs pays ont retardé la date de clôture du mercato d'été. Ce sera aussi le cas de la Belgique à partir de la saison 2022-2023. Le mercato se déroulera alors du 15 juin au 6 septembre.

Par ailleurs, le conseil d'administration de la Pro League a également décidé de se conformer à la décision de l'UEFA d'abolir la règle du but à l'extérieur pour les rencontres aller et retour à partir de cette saison. "Cela concerne notamment les demi-finales de la Croky Cup et les matchs de barrage de la Jupiler Pro League", précise la Pro League.

"Plus de temps pour les bonnes affaires"

"Cela donne à nos clubs un avantage stratégique", selon le porte-parole de la Pro League, Stijn Van Bever. "Parce que cela leur donne l'occasion de réaliser un certain nombre de bonnes affaires de dernière minute". Cela est possible parce qu'ailleurs, les marchés sont généralement déjà fermés, de sorte que la Belgique aura juste un avantage concurrentiel.

Mais cette décision est aussi une nécessité administrative, selon Stijn Van Bever. Depuis le 1er juillet, l'Union belge, les clubs professionnels et les agents de joueurs sont soumis aux règles de la loi anti-blanchiment qui s'applique au monde financier et au secteur de l'immobilier et du diamant depuis 2017. Les clubs et les agents de joueurs qui sont liés à de l'argent criminel risquent des amendes pouvant aller jusqu'à plus d'un million d'euros, voire des peines de prison. La Belgique est le seul pays européen où le football doit se soumettre à ce régime strict. Elle est plus sévère que l'UE ne l'exige. Ce durcissement est intervenu après l'opération "Mains propres".

Les conséquences pour les clubs sont importantes, car ils doivent contrôler très soigneusement avec qui ils font affaire et s'ils sont en règle et vérifier d'où vient l'argent qu'ils reçoivent Les clubs doivent informer les autorités fiscales s'ils soupçonnent l'utilisation de flux financiers suspects. Après une période de rodage, les contrôles et les sanctions seront d'application. Pour les clubs professionnels disposant d'un service administratif limité, ce sera une véritable corvée de vérifier toutes les données. Un peu de répit supplémentaire en prolongeant la période de transfert d'une semaine n'est donc pas un luxe, selon la Pro League.

Le marché des transferts se clôture traditionnellement le 31 août, mais plusieurs pays ont retardé la date de clôture du mercato d'été. Ce sera aussi le cas de la Belgique à partir de la saison 2022-2023. Le mercato se déroulera alors du 15 juin au 6 septembre. Par ailleurs, le conseil d'administration de la Pro League a également décidé de se conformer à la décision de l'UEFA d'abolir la règle du but à l'extérieur pour les rencontres aller et retour à partir de cette saison. "Cela concerne notamment les demi-finales de la Croky Cup et les matchs de barrage de la Jupiler Pro League", précise la Pro League."Cela donne à nos clubs un avantage stratégique", selon le porte-parole de la Pro League, Stijn Van Bever. "Parce que cela leur donne l'occasion de réaliser un certain nombre de bonnes affaires de dernière minute". Cela est possible parce qu'ailleurs, les marchés sont généralement déjà fermés, de sorte que la Belgique aura juste un avantage concurrentiel. Mais cette décision est aussi une nécessité administrative, selon Stijn Van Bever. Depuis le 1er juillet, l'Union belge, les clubs professionnels et les agents de joueurs sont soumis aux règles de la loi anti-blanchiment qui s'applique au monde financier et au secteur de l'immobilier et du diamant depuis 2017. Les clubs et les agents de joueurs qui sont liés à de l'argent criminel risquent des amendes pouvant aller jusqu'à plus d'un million d'euros, voire des peines de prison. La Belgique est le seul pays européen où le football doit se soumettre à ce régime strict. Elle est plus sévère que l'UE ne l'exige. Ce durcissement est intervenu après l'opération "Mains propres". Les conséquences pour les clubs sont importantes, car ils doivent contrôler très soigneusement avec qui ils font affaire et s'ils sont en règle et vérifier d'où vient l'argent qu'ils reçoivent Les clubs doivent informer les autorités fiscales s'ils soupçonnent l'utilisation de flux financiers suspects. Après une période de rodage, les contrôles et les sanctions seront d'application. Pour les clubs professionnels disposant d'un service administratif limité, ce sera une véritable corvée de vérifier toutes les données. Un peu de répit supplémentaire en prolongeant la période de transfert d'une semaine n'est donc pas un luxe, selon la Pro League.