SPORTING DE CHARLEROI : confirmer avant tout

  • LES +

Flexibilité tactique : la cuvée 2020-2021 du Sporting est tactiquement plus riche que la précédente. La préparation a laissé entrevoir la possibilité pour les Zèbres d'évoluer cette saison aussi bien en 4-4-2 qu'en 3-5-2. Novateur à Charleroi, ce dernier permettrait de profiter en plein des caractéristiques offensives des deux backs, Joris Kayembe et Maxime Busi.

Un groupe inchangé : le choix d'un système n'élude jamais bien longtemps celui des hommes censés l'animer. À Charleroi, on prend les mêmes et on recommence. Seul Núrio Fortuna, parti à Gand, ne sera pas au rendez-vous samedi à Bruges. De bon augure, quelques mois après avoir conclu l'exercice le plus abouti de l'histoire carolo en D1.

La cuvée 2020-2021 du Sporting est tactiquement plus riche que la précédente.

  • LES -

Une ligne d'attaque encore en rodage : l'officialisation tardive du retour de Kaveh Rezaei aura empêché l'Iranien de prendre part à la préparation. Difficile de juger un secteur privé de son principal artificier, mais le rendement des offensifs a été le gros point noir de l'été.

Des renforts en question : nul ne sait vraiment où en est Guillaume Gillet et beaucoup redoutent la capacité de Lucas Ribeiro Costa ou d'Amine Benchaib à digérer le passage à l'échelon supérieur. Enfin, tout le monde se demande surtout qui sera le prochain renfort carolo. Un back gauche, oui, mais qui ? Et un attaquant en plus, vraiment ?

L'équipe du Sporting de Charleroi 2020-2021, BELGA
L'équipe du Sporting de Charleroi 2020-2021 © BELGA

LA GANTOISE : sus au Club !

  • LES +

Impulsion financière : tout comme le champion en titre brugeois, La Gantoise dispose du capital suffisant pour traverser cette période sans public et sans autant de revenus sans trop d'encombres. Le genre de bas de laine qui permet de déposer six millions d'euros sur la table de Charleroi pour Núrio Fortuna et sept de plus pour transférer Niklas Dorsch (22 ans) et Tim Kleindienst (24 ans) du FC Heidenhein, un club de D2 allemande. Tous les deux ont signé jusqu'en 2024 pour 3,5 millions d'euros. Les Buffalos bénéficient d'une belle tirelire grâce à leur sponsor principal, une banque.

Injection de qualité : Nana Asare, Mikael Lustig et Brecht Dejaegere ont été pour le moment jugés trop légers. Le capitaine Vadis Odjidja Ofoe a fait preuve de persuasion pour convaincre Jordan Botaka (Saint-Trond) de rejoindre la Flandre orientale pour concurrencer Alessio Castro Montes au poste de back droit. Ces postes dédoublés, sans que l'équipe ait perdu en qualité, doit permettre à Gand de briller sur les trois tableaux, afin que l'écart de points qui sépare le squad de Jess Thorup du Club Bruges se réduise.

Aucun joueur dans le noyau ne dispose d'un tel sang-froid devant le but que Jonathan David, qui devrait partir bientôt.

  • LES -

Le départ de Jonathan David : la saga de ces derniers mois va se terminer sur du bon et du moins bon pour Gand. D'un côté, le club va hériter d'une somme avoisinant les trente millions d'euros pour le co-meilleur buteur de la défunte Pro League (18 buts, à égalité avec Dieumerci Mbokani). D'un autre côté, aucun joueur dans le noyau ne dispose d'un tel sang-froid devant le but que le Canadien de vingt ans. Pas même Roman Bezus ou Giorgi Chakvetadze.

La non-prolongation de Jess Thorup : le coach danois de cinquante ans, qui avait entraîné le FC Midtjylland avec succès avant de rejoindre La Gantoise, a mené son club à la deuxième place du championnat et aux 16e de l'Europa League (élimination par l'AS Rome). Ces états de service n'empêchent pas qu'il sera bientôt en fin de contrat. Malgré ses quarante succès en 80 matches et sa moyenne de 1,73 point pris par rencontre, l'ancien attaquant doit encore faire ses preuves.

La Gantoise 2020-2021., BELGA
La Gantoise 2020-2021. © BELGA

BEERSCHOT : l'ours a les crocs

  • LES +

À l'assaut : depuis qu'Hernán Losada a pris le relais de Stijn Vreven en octobre dernier, le Beerschot est devenu une forteresse imprenable. Avec son 3-5-2, qui se transforme souvent en 5-3-2, avec les expérimentés Frederic Frans (défenseur) et Mike Vanhamel (gardien) pour donner de la voix afin de diriger la défense. Pendant nonante minutes, le Beerschot conserve un bloc défensif bien organisé, sur lesquels les clubs de D1A pourraient bien se casser les dents.

Une arme fatale venue d'Autriche : grâce à son médian autrichien Raphael Holzhauser pour distribuer le jeu, le Beerschot bénéficie d'une arme fatale pour briller sur phase arrêtée. On l'a vu lors de la finale de D1B contre OHL. Le joueur est capable de faire basculer un match grâce à sa très belle technique de frappe. C'était l'un des meilleurs joueurs de D1B la saison dernière.

Depuis octobre dernier, le Beerschot est devenu une forteresse imprenable.

  • LES -

King of provoc' : les choses ne vont-elles pas un peut trop vite pour le Roi Losada ? L'ambitieux et charismatique Argentin débute sa carrière de coach au plus haut niveau à seulement 38 ans. Il est de facto le plus jeune entraîneur de la corpo. Cependant, il pourrait rapidement irriter, en raison de son goût pour la provoc', dont il a fait étalage pendant la préparation. Il a d'ailleurs connu quelques accrocs avec certains confrères le long de la ligne de touche.

Panne de buts : même s'il pourra surfer sur la vague positive suivant son titre de D1B, les carences offensive et sur les flancs du clubs pourraient vite apparaître. Excepté Holzhauser, le milieu de terrain manque de créativité. En bref, son manque d'efficacité devant pourrait vite devenir un souci en première division.

© BELGA

SAINT-TROND: une noix de Muscat

  • LES +

La chance des Belges : l'entraîneur Kevin Muscat doit se contenter d'un noyau relativement restreint et fera probablement appel à quelques jeunes Belges comme Mathieu Troonbeeckx, Siebren Lathouwers, Stan Van Dessel, Hamza Massoudi ou Nelson Balongo dans les semaines à venir. La saison dernière, Marc Brys a également dû attendre longtemps pour obtenir des renforts et cela a donné à Alexandre De Bruyn, Van Dessel et Massoudi l'occasion de se manifester. Quel jeune aura sa chance cette fois ?

Espoirs japonais : avec Keito Nakamura, Yuma Suzuki et Facundo Colidio, le STVV possède des joueurs qui doivent pouvoir faire la différence face aux équipes de la colonne de droite. Les fans peuvent certainement attendre beaucoup de Nakamura, techniquement très doué. Si, à 19 ans, il a été capable de scorer contre le PSV et l'Ajax lors de sa première saison en Europe, la Jupiler Pro League ne devrait pas lui poser problème.

  • LES -

Une certaine instabilité : Saint-Trond s'est spécialisé ces dernières années dans les deals de dernière minute et il ne devrait pas en être autrement cette saison. Le marché des transferts international restant ouvert tout le mois de septembre et ne fermant que le 5 octobre, l'équipe de base des Trudonnaires ne devrait pas prendre forme avant l'automne.

Le départ de Botaka : Jordan Botaka a laissé un vide dans le vestiaire des Canaris. Parti pour Gand, il était sans conteste le leader naturel du STVV. Il sera intéressant de voir si le nouveau capitaine Steve De Ridder, Kenny Steppe et Jorge Teixeira pourront le remplacer dans ce rôle.

Saint-Trond 2020-2021, ISOSPORT
Saint-Trond 2020-2021 © ISOSPORT

CERCLE BRUGES : travail en cours...

  • Les +

L'association avec Monaco : Le fait que l'AS Monaco poursuive l'aventure aux côtés du Cercle est une bonne chose. Surtout que le club français veut maintenant mieux motiver ses jeunes à l'idée d'aller s'aguerrir en terre brugeoise.

Un coach avec une grande expérience : Paul Clement a bossé comme adjoint de Carlo Ancelotti au PSG, au Real Madrid et au Bayern Munich. Il a également de l'expérience comme T1. Bref, il sait ce qu'il fait et est prêt pour le combat.

Que va faire le Cercle sans Stef Peeters ?

  • Les -

Une attaque amoindrie : même s'il n'est pas un avant, le départ de Stef Peeters représente un coup dur pour le Cercle. Il était à lui seul impliqué dans 33% des buts inscrits par les Vert et Noir (six pions et trois passes décisives sur les 27 goals brugeois). Car le Cercle est vraiment faiblard dans ce secteur. Et rien n'a été fait pour pallier ce deficit. À moins qu'un talent n'éclose ?

Monaco-dépendance : comme chaque année, il faut regarder ce qui se passe sur le Rocher pour avoir une idée de ce que sera le Cercle de l'année. L'ASM a beau ne pas être le club le plus stable de la Ligue 1, c'est pourtant de là qu'il faut récolter les fruits et arroser les jeunes pousses

Le Cercle Bruges 2020-2021, ISOSPORT
Le Cercle Bruges 2020-2021 © ISOSPORT
Flexibilité tactique : la cuvée 2020-2021 du Sporting est tactiquement plus riche que la précédente. La préparation a laissé entrevoir la possibilité pour les Zèbres d'évoluer cette saison aussi bien en 4-4-2 qu'en 3-5-2. Novateur à Charleroi, ce dernier permettrait de profiter en plein des caractéristiques offensives des deux backs, Joris Kayembe et Maxime Busi.Un groupe inchangé : le choix d'un système n'élude jamais bien longtemps celui des hommes censés l'animer. À Charleroi, on prend les mêmes et on recommence. Seul Núrio Fortuna, parti à Gand, ne sera pas au rendez-vous samedi à Bruges. De bon augure, quelques mois après avoir conclu l'exercice le plus abouti de l'histoire carolo en D1.Une ligne d'attaque encore en rodage : l'officialisation tardive du retour de Kaveh Rezaei aura empêché l'Iranien de prendre part à la préparation. Difficile de juger un secteur privé de son principal artificier, mais le rendement des offensifs a été le gros point noir de l'été.Des renforts en question : nul ne sait vraiment où en est Guillaume Gillet et beaucoup redoutent la capacité de Lucas Ribeiro Costa ou d'Amine Benchaib à digérer le passage à l'échelon supérieur. Enfin, tout le monde se demande surtout qui sera le prochain renfort carolo. Un back gauche, oui, mais qui ? Et un attaquant en plus, vraiment ?Impulsion financière : tout comme le champion en titre brugeois, La Gantoise dispose du capital suffisant pour traverser cette période sans public et sans autant de revenus sans trop d'encombres. Le genre de bas de laine qui permet de déposer six millions d'euros sur la table de Charleroi pour Núrio Fortuna et sept de plus pour transférer Niklas Dorsch (22 ans) et Tim Kleindienst (24 ans) du FC Heidenhein, un club de D2 allemande. Tous les deux ont signé jusqu'en 2024 pour 3,5 millions d'euros. Les Buffalos bénéficient d'une belle tirelire grâce à leur sponsor principal, une banque. Injection de qualité : Nana Asare, Mikael Lustig et Brecht Dejaegere ont été pour le moment jugés trop légers. Le capitaine Vadis Odjidja Ofoe a fait preuve de persuasion pour convaincre Jordan Botaka (Saint-Trond) de rejoindre la Flandre orientale pour concurrencer Alessio Castro Montes au poste de back droit. Ces postes dédoublés, sans que l'équipe ait perdu en qualité, doit permettre à Gand de briller sur les trois tableaux, afin que l'écart de points qui sépare le squad de Jess Thorup du Club Bruges se réduise. Le départ de Jonathan David : la saga de ces derniers mois va se terminer sur du bon et du moins bon pour Gand. D'un côté, le club va hériter d'une somme avoisinant les trente millions d'euros pour le co-meilleur buteur de la défunte Pro League (18 buts, à égalité avec Dieumerci Mbokani). D'un autre côté, aucun joueur dans le noyau ne dispose d'un tel sang-froid devant le but que le Canadien de vingt ans. Pas même Roman Bezus ou Giorgi Chakvetadze.La non-prolongation de Jess Thorup : le coach danois de cinquante ans, qui avait entraîné le FC Midtjylland avec succès avant de rejoindre La Gantoise, a mené son club à la deuxième place du championnat et aux 16e de l'Europa League (élimination par l'AS Rome). Ces états de service n'empêchent pas qu'il sera bientôt en fin de contrat. Malgré ses quarante succès en 80 matches et sa moyenne de 1,73 point pris par rencontre, l'ancien attaquant doit encore faire ses preuves.BEERSCHOT : l'ours a les crocsÀ l'assaut : depuis qu'Hernán Losada a pris le relais de Stijn Vreven en octobre dernier, le Beerschot est devenu une forteresse imprenable. Avec son 3-5-2, qui se transforme souvent en 5-3-2, avec les expérimentés Frederic Frans (défenseur) et Mike Vanhamel (gardien) pour donner de la voix afin de diriger la défense. Pendant nonante minutes, le Beerschot conserve un bloc défensif bien organisé, sur lesquels les clubs de D1A pourraient bien se casser les dents.Une arme fatale venue d'Autriche : grâce à son médian autrichien Raphael Holzhauser pour distribuer le jeu, le Beerschot bénéficie d'une arme fatale pour briller sur phase arrêtée. On l'a vu lors de la finale de D1B contre OHL. Le joueur est capable de faire basculer un match grâce à sa très belle technique de frappe. C'était l'un des meilleurs joueurs de D1B la saison dernière.King of provoc' : les choses ne vont-elles pas un peut trop vite pour le Roi Losada ? L'ambitieux et charismatique Argentin débute sa carrière de coach au plus haut niveau à seulement 38 ans. Il est de facto le plus jeune entraîneur de la corpo. Cependant, il pourrait rapidement irriter, en raison de son goût pour la provoc', dont il a fait étalage pendant la préparation. Il a d'ailleurs connu quelques accrocs avec certains confrères le long de la ligne de touche. Panne de buts : même s'il pourra surfer sur la vague positive suivant son titre de D1B, les carences offensive et sur les flancs du clubs pourraient vite apparaître. Excepté Holzhauser, le milieu de terrain manque de créativité. En bref, son manque d'efficacité devant pourrait vite devenir un souci en première division.La chance des Belges : l'entraîneur Kevin Muscat doit se contenter d'un noyau relativement restreint et fera probablement appel à quelques jeunes Belges comme Mathieu Troonbeeckx, Siebren Lathouwers, Stan Van Dessel, Hamza Massoudi ou Nelson Balongo dans les semaines à venir. La saison dernière, Marc Brys a également dû attendre longtemps pour obtenir des renforts et cela a donné à Alexandre De Bruyn, Van Dessel et Massoudi l'occasion de se manifester. Quel jeune aura sa chance cette fois ?Espoirs japonais : avec Keito Nakamura, Yuma Suzuki et Facundo Colidio, le STVV possède des joueurs qui doivent pouvoir faire la différence face aux équipes de la colonne de droite. Les fans peuvent certainement attendre beaucoup de Nakamura, techniquement très doué. Si, à 19 ans, il a été capable de scorer contre le PSV et l'Ajax lors de sa première saison en Europe, la Jupiler Pro League ne devrait pas lui poser problème.Une certaine instabilité : Saint-Trond s'est spécialisé ces dernières années dans les deals de dernière minute et il ne devrait pas en être autrement cette saison. Le marché des transferts international restant ouvert tout le mois de septembre et ne fermant que le 5 octobre, l'équipe de base des Trudonnaires ne devrait pas prendre forme avant l'automne.Le départ de Botaka : Jordan Botaka a laissé un vide dans le vestiaire des Canaris. Parti pour Gand, il était sans conteste le leader naturel du STVV. Il sera intéressant de voir si le nouveau capitaine Steve De Ridder, Kenny Steppe et Jorge Teixeira pourront le remplacer dans ce rôle.L'association avec Monaco : Le fait que l'AS Monaco poursuive l'aventure aux côtés du Cercle est une bonne chose. Surtout que le club français veut maintenant mieux motiver ses jeunes à l'idée d'aller s'aguerrir en terre brugeoise.Un coach avec une grande expérience : Paul Clement a bossé comme adjoint de Carlo Ancelotti au PSG, au Real Madrid et au Bayern Munich. Il a également de l'expérience comme T1. Bref, il sait ce qu'il fait et est prêt pour le combat.Une attaque amoindrie : même s'il n'est pas un avant, le départ de Stef Peeters représente un coup dur pour le Cercle. Il était à lui seul impliqué dans 33% des buts inscrits par les Vert et Noir (six pions et trois passes décisives sur les 27 goals brugeois). Car le Cercle est vraiment faiblard dans ce secteur. Et rien n'a été fait pour pallier ce deficit. À moins qu'un talent n'éclose ?Monaco-dépendance : comme chaque année, il faut regarder ce qui se passe sur le Rocher pour avoir une idée de ce que sera le Cercle de l'année. L'ASM a beau ne pas être le club le plus stable de la Ligue 1, c'est pourtant de là qu'il faut récolter les fruits et arroser les jeunes pousses