Marc Degryse
Opinion

19/02/19 à 10:46 - Mise à jour à 10:55

Pozuelo n'est pas réglo

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, Alejandro Pozuelo doit faire le job et arrêter avec ses états d'âme.

Pozuelo n'est pas réglo

Alejandro Pozuelo. © BELGAIMAGE

L'affaire Alejandro Pozuelo, c'est la preuve qu'un seul homme peut te pourrir la belle saison d'un club. En première mi-temps à Prague, puis pendant le match à Bruges, Genk a été méconnaissable. On n'a plus rien vu de la machine qui a survolé la saison jusqu'ici. Concernant le match à Bruges, il faut aussi reconnaître que le faible niveau de Genk ne s'expliquait pas uniquement par l'absence de Pozuelo au coup d'envoi.

D'un coup, Philippe Clement a décidé d'abandonner le système qui marche si bien. Il avait clairement demandé à ses défenseurs d'expédier des longs ballons vers les deux attaquants. Deux attaquants qui étaient censés gagner leurs duels et menacer, ensuite, le gardien de Bruges. Le problème, c'est qu'ils en ont remporté peu, donc c'était difficile de réussir quelque chose. Clement a expliqué son choix. Pour lui, l'état catastrophique de la pelouse ne permettait pas de combiner depuis la ligne arrière. Mais il s'est trompé sur ce coup-là. Je trouve ça incompréhensible, vu ses qualités d'analyse.

Il y a un autre aspect qui fait qu'on ne peut pas tout mettre sur le dos de Pozuelo. On a retrouvé le vrai Club, celui du niveau de la saison de son titre avec Ivan Leko. En deuxième mi-temps contre Salzbourg puis pendant tout le match contre Genk, il y avait à nouveau une grinta énorme, que ce soit sur la pelouse, devant le banc ou dans les tribunes. C'était à nouveau le rouleau compresseur.

Bruges a abordé Genk avec une confiance retrouvée grâce à sa victoire en Europa League, ça sautait aux yeux. Une confiance retrouvée au meilleur moment, avant deux déplacements qui sentent la poudre à Salzbourg puis à Anderlecht. Leko était clairement énervé par quelques critiques récentes, il a apporté sa réponse. Un Bruges pareil est un candidat à un nouveau titre de champion.

Partager

" Alejandro Pozuelo est sous contrat à Genk, point à la ligne. Il n'a pas le droit de dire qu'il ne se sent pas prêt pour jouer. "

Je reviens à Pozuelo. Comment un joueur de foot professionnel ose-t-il dire à son entraîneur qu'il ne se sent pas prêt à jouer, tout ça parce qu'il est perturbé par un transfert possible ? Il est sous contrat avec Genk, point à la ligne. À partir du moment où il est apte physiquement, il n'a pas le droit de suggérer à son coach de le laisser sur le banc. Il a parfaitement prouvé à Prague, dès sa montée au jeu, qu'il était à 100 % physiquement. Il n'a pas su faire la différence au score mais il a été phénoménal. À son niveau.

À partir de là, c'est incompréhensible pour moi qu'il n'ait pas commencé les matches, à Prague puis à Bruges. On sait depuis un bon moment qu'il y a un Genk avec et un Genk sans Pozuelo. On ne parle plus de la même chose, c'est clairement le type de joueur capable de métamorphoser une équipe. Alors, on ne lui demande qu'une chose à partir du moment où il est toujours sur le payroll de Genk : fais le job et arrête avec tes états d'âme. Quel que soit le salaire qu'on te fait miroiter ailleurs.

Là, il est occupé à lâcher son équipe. Il a cassé une dynamique. Il n'a pas le droit de se plaindre à partir du moment où il a lui-même créé cette situation. Et plus longtemps cette situation compliquée va durer, plus ça va être difficile pour Genk. Un demi Pozuelo, avec les jambes à Genk mais la tête à Toronto, ça peut avoir des conséquences catastrophiques pour l'équipe de Clement. Dès le début, il aurait fallu de la clarté. Ça aurait été bien utile dans ces deux gros matches. Il reste, ou il part.

Dans une situation pareille, on se rend à nouveau compte que des périodes de transfert différentes, en Europe et dans d'autres parties du monde, c'est une très mauvaise chose. Genk a beau faire une saison magnifique, on a déjà la preuve par l'absurde que Philippe Clement n'a pas directement, dans son groupe, une bonne solution de rechange en cas de départ de son Espagnol.