Interrogé dans les colonnes du journal Le Soir, à l'heure de faire le bilan des cinq années de règne liégeois de Bruno Venanzi, l'ancien président du Standard Roland Duchâtelet révèle que son successeur à la tête des Rouches l'a récemment contacté pour lui proposer d'investir dans l'Immobilière du Standard de Liège, société amenée à piloter la rénovation du stade de Sclessin et de ses alentours dans les années à venir.

"Il y a un mois, il m'a demandé si je n'avais pas envie de participer à l'Immobilière", explique l'ancien multi-président de clubs. Ces derniers temps, le président du Standard a effectivement multiplié les contacts pour trouver des portefeuilles capables de l'aider à mettre en place son ambitieux projet. S'il cherchait avant tout dans le giron liégeois, comme il l'avait expliqué dans les colonnes de L'Écho dès 2016, Venanzi semble finalement avoir élargi le filtre géographique de ses cibles au fil du temps.

En coulisses, on raconte que le scepticisme aurait gagné certains investisseurs potentiels, initialement intéressés, quand le Standard s'était vu refuser sa licence au mois d'avril dernier. La crise sanitaire et économique n'a évidemment pas aidé à convaincre les plus réticents, et le Standard a décuplé les pistes pour se donner les moyens de ses ambitions. Au point de considérer l'ancien président, vivement contesté par les supporters à l'époque, comme un contributeur potentiel au projet immobilier du nouveau Sclessin.

À l'heure actuelle, rares sont les noms d'investisseurs qui ont déjà filtré. Axel Witsel est l'un de ceux-là, en compagnie de son associé en affaires immobilières Michael Markowicz, qui vogue depuis quelques temps dans les coulisses du club, aidant notamment à trouver des logements pour les nouvelles recrues liégeoises. Il est partenaire de l'Immobilière depuis le début à hauteur de 10% des parts, selon les explications données par Bruno Venanzi à L'Écho au lendemain de son monologue face aux caméras de Standard TV. Plus tard, Michel Preud'homme a révélé s'être également impliqué financièrement dans le projet immobilier de Sclessin. Le rôle joué par Marouane Fellaini est plus flou, une partie de son entourage démentant toujours formellement un investissement qui serait sous forme de prêt, selon des documents montrés par Venanzi au journal L'Écho.

"D'autres investisseurs se feront connaître une fois que le projet sera entièrement monté", a promis le président dans sa dernière communication officielle.

Interrogé dans les colonnes du journal Le Soir, à l'heure de faire le bilan des cinq années de règne liégeois de Bruno Venanzi, l'ancien président du Standard Roland Duchâtelet révèle que son successeur à la tête des Rouches l'a récemment contacté pour lui proposer d'investir dans l'Immobilière du Standard de Liège, société amenée à piloter la rénovation du stade de Sclessin et de ses alentours dans les années à venir."Il y a un mois, il m'a demandé si je n'avais pas envie de participer à l'Immobilière", explique l'ancien multi-président de clubs. Ces derniers temps, le président du Standard a effectivement multiplié les contacts pour trouver des portefeuilles capables de l'aider à mettre en place son ambitieux projet. S'il cherchait avant tout dans le giron liégeois, comme il l'avait expliqué dans les colonnes de L'Écho dès 2016, Venanzi semble finalement avoir élargi le filtre géographique de ses cibles au fil du temps. En coulisses, on raconte que le scepticisme aurait gagné certains investisseurs potentiels, initialement intéressés, quand le Standard s'était vu refuser sa licence au mois d'avril dernier. La crise sanitaire et économique n'a évidemment pas aidé à convaincre les plus réticents, et le Standard a décuplé les pistes pour se donner les moyens de ses ambitions. Au point de considérer l'ancien président, vivement contesté par les supporters à l'époque, comme un contributeur potentiel au projet immobilier du nouveau Sclessin.À l'heure actuelle, rares sont les noms d'investisseurs qui ont déjà filtré. Axel Witsel est l'un de ceux-là, en compagnie de son associé en affaires immobilières Michael Markowicz, qui vogue depuis quelques temps dans les coulisses du club, aidant notamment à trouver des logements pour les nouvelles recrues liégeoises. Il est partenaire de l'Immobilière depuis le début à hauteur de 10% des parts, selon les explications données par Bruno Venanzi à L'Écho au lendemain de son monologue face aux caméras de Standard TV. Plus tard, Michel Preud'homme a révélé s'être également impliqué financièrement dans le projet immobilier de Sclessin. Le rôle joué par Marouane Fellaini est plus flou, une partie de son entourage démentant toujours formellement un investissement qui serait sous forme de prêt, selon des documents montrés par Venanzi au journal L'Écho."D'autres investisseurs se feront connaître une fois que le projet sera entièrement monté", a promis le président dans sa dernière communication officielle.