"Après son prêt,Youri avait une bonne cote sur le marché. Il y avait plusieurs clubs intéressés, souvent des clubs plus prestigieux que Leicester", explique Peter Smeets, son conseiller. Tout en haut de la liste, on retrouve les noms de Tottenham et de Manchester United. Des noms brillants qui peuvent faire tourner la tête à plus d'un joueur, mais qui seront sagement repoussés par Tielemans, malgré des conseils extérieurs souvent avisés, mais pas toujours au courant de la cuisine interne des deux membres du Big 6 anglais.

Découvrez l'intégralité de l'article consacré à l'ascension de Youri Tielemans dans notre magazine de cette semaine ou en cliquant sur ce lien.

Chez les Spurs, tout juste battus par Liverpool en finale de la Ligue des Champions, le milieu de terrain est loin d'être le secteur le mieux armé, et l'équipe semble désireuse de franchir un palier. Youri se renseigne, mais reçoit des échos pas toujours positifs sur un Mauricio Pochettino loin d'être le tacticien qu'on présente depuis l'extérieur, et qui se rapproche de la fin de son cycle, aux dires de certains. Discours étonnant à l'époque, mais finalement confirmé par le licenciement de l'Argentin en novembre 2019, moins de six mois après la finale de Madrid.

Du côté d'Old Trafford, le tableau n'est pas plus enchanteur derrière le mythe de l'un des maillots rouges les plus célèbres au monde. Loin des années de règne de Sir Alex Ferguson, le club désormais dirigé par Ole Gunnar Solskjaer abrite un vestiaire tumultueux et divisé, loin d'être propice à l'épanouissement d'une jeune recrue. Tielemans opte donc pour une prolongation de son séjour à Leicester, liant son sort à celui de Wilfred Ndidi, la jeune star anglaise James Maddison et l'éternel buteur Jamie Vardy, duquel il s'est rapidement rapproché dans les Midlands. Près de 45 millions d'euros plus tard, le transfert définitif chez les Foxes est acté.

"Après son prêt,Youri avait une bonne cote sur le marché. Il y avait plusieurs clubs intéressés, souvent des clubs plus prestigieux que Leicester", explique Peter Smeets, son conseiller. Tout en haut de la liste, on retrouve les noms de Tottenham et de Manchester United. Des noms brillants qui peuvent faire tourner la tête à plus d'un joueur, mais qui seront sagement repoussés par Tielemans, malgré des conseils extérieurs souvent avisés, mais pas toujours au courant de la cuisine interne des deux membres du Big 6 anglais.Chez les Spurs, tout juste battus par Liverpool en finale de la Ligue des Champions, le milieu de terrain est loin d'être le secteur le mieux armé, et l'équipe semble désireuse de franchir un palier. Youri se renseigne, mais reçoit des échos pas toujours positifs sur un Mauricio Pochettino loin d'être le tacticien qu'on présente depuis l'extérieur, et qui se rapproche de la fin de son cycle, aux dires de certains. Discours étonnant à l'époque, mais finalement confirmé par le licenciement de l'Argentin en novembre 2019, moins de six mois après la finale de Madrid.Du côté d'Old Trafford, le tableau n'est pas plus enchanteur derrière le mythe de l'un des maillots rouges les plus célèbres au monde. Loin des années de règne de Sir Alex Ferguson, le club désormais dirigé par Ole Gunnar Solskjaer abrite un vestiaire tumultueux et divisé, loin d'être propice à l'épanouissement d'une jeune recrue. Tielemans opte donc pour une prolongation de son séjour à Leicester, liant son sort à celui de Wilfred Ndidi, la jeune star anglaise James Maddison et l'éternel buteur Jamie Vardy, duquel il s'est rapidement rapproché dans les Midlands. Près de 45 millions d'euros plus tard, le transfert définitif chez les Foxes est acté.