Vincent Kompany a perdu son meilleur joueur moins de deux mois après l'ouverture du championnat. Fataliste. "Jérémy Doku était un joueur important pour nous, surtout dans notre système. Il avait une action et il était assez décisif. Maintenant, il est parti, il faut faire avec. Il nous a aidés, il n'est plus là, demain ce sera un autre."L'année dernière, il a été à deux doigts de quitter Anderlecht et de rentrer à Manchester pour y devenir adjoint de Pep Guardiola parce qu'il ne supportait pas la frilosité de Marc Coucke quand il s'agissait de débloquer des moyens pour transférer. Entre-temps, il a compris que cette situation n'était pas près de changer et il semble s'en accommoder plus facilement.

Kompany sait que la saignée ne fait que commencer

Il a d'abord remplacé Doku par Paul Mukairu dans son équipe de base. Prochainement, c'est probablement Jacob Bruun Larsen qui se collera au poste. Il n'a pas fait de vagues quand Percy Tau est reparti en Angleterre et mise sur Abdoulay Diaby à sa place. Et il sait très bien que la saignée ne fait que commencer. Vu l'état des finances, des joueurs bankable comme Yari Verschaeren et Albert Sambi Lokonga sont susceptibles de partir à chaque mercato.

Si Anderlecht ne dispute pas les prochains play-offs 1 et ne se qualifie pas pour une Coupe d'Europe, il y aura de nouveaux gros départs.

Le patron sportif Peter Verbeke signale qu'Adrien Trebel et Hendrik Van Crombrugge pourraient eux aussi partir dans quelques mois. Si Anderlecht ne dispute pas les prochains play-offs 1 et ne se qualifie pas pour une Coupe d'Europe, il y aura de nouveaux gros départs. Verbeke nous l'a confirmé il y a quelques semaines. Sur ce coup-là, l'entraîneur ne sera pas pris par surprise, on lui a bien expliqué qu'Anderlecht était devenu un club avec des moyens très limités.

Lever les options sur Ashimeru, Mukairu, Diabiy : est-ce réaliste ?

Il est de toute façon déjà presque certain que le noyau de la saison prochaine sera fort différent de l'actuel. A charge pour Kompany de s'adapter. Lors de l'été dernier, Peter Verbeke avait reçu, en tout et pour tout, une enveloppe de 4 petits millions. Une misère. Pour le mercato qui vient de se terminer, il n'a rien reçu du tout. Anderlecht est incapable de débourser pour transférer. Verbeke est condamné à jongler, à passer son temps à flairer de bonnes affaires. Il a déjà réalisé une quarantaine de transactions depuis son arrivée il y a un an. Àpart le gros coup Doku, ce sont des transactions de pauvre.

Les options d'achat des joueurs prêtés sont impayables pour un club qui a dû réaliser à l'arrache une augmentation de capital de cinq millions pour ne pas se faire recaler par la Commission des Licences.

Anderlecht multiplie les locations et, parfois, obtient des options d'achat. C'est le cas pour Majeed Ashimeru (2,5 millions), Mukairu (trois) et Diaby (3,5). Mais à supposer que ces joueurs explosent dans la dernière ligne droite du championnat, ces tarifs sont de toute façon impayables pour un club qui a dû réaliser à l'arrache une augmentation de capital decinq millions, la semaine passée, pour ne pas se faire recaler par la commission des licences. Verbeke affirme que Matt Miazga n'est pas contre l'idée de prolonger son aventure belge et il ne désespère pas de conserver aussi Lukas Nmecha et Bruun Larsen, mais pour ça, une qualification européenne sera indispensable. En même temps, il se plaint de ne rien pouvoir planifier sur le marché des transferts entrants si de nouveaux moyens ne sont pas débloqués entre-temps. Et on entend qu'il faudrait une nouvelle injection de septante millions pour que le club redevienne "structurellement sain" et puisse "retrouver son statut sportif."

Retrouvez le reportage sur les 5 grands chantiers de Vincent Kompany dans votre Sport/Foot Magazine de ce mercredi.

Vincent Kompany a perdu son meilleur joueur moins de deux mois après l'ouverture du championnat. Fataliste. "Jérémy Doku était un joueur important pour nous, surtout dans notre système. Il avait une action et il était assez décisif. Maintenant, il est parti, il faut faire avec. Il nous a aidés, il n'est plus là, demain ce sera un autre."L'année dernière, il a été à deux doigts de quitter Anderlecht et de rentrer à Manchester pour y devenir adjoint de Pep Guardiola parce qu'il ne supportait pas la frilosité de Marc Coucke quand il s'agissait de débloquer des moyens pour transférer. Entre-temps, il a compris que cette situation n'était pas près de changer et il semble s'en accommoder plus facilement.Il a d'abord remplacé Doku par Paul Mukairu dans son équipe de base. Prochainement, c'est probablement Jacob Bruun Larsen qui se collera au poste. Il n'a pas fait de vagues quand Percy Tau est reparti en Angleterre et mise sur Abdoulay Diaby à sa place. Et il sait très bien que la saignée ne fait que commencer. Vu l'état des finances, des joueurs bankable comme Yari Verschaeren et Albert Sambi Lokonga sont susceptibles de partir à chaque mercato. Le patron sportif Peter Verbeke signale qu'Adrien Trebel et Hendrik Van Crombrugge pourraient eux aussi partir dans quelques mois. Si Anderlecht ne dispute pas les prochains play-offs 1 et ne se qualifie pas pour une Coupe d'Europe, il y aura de nouveaux gros départs. Verbeke nous l'a confirmé il y a quelques semaines. Sur ce coup-là, l'entraîneur ne sera pas pris par surprise, on lui a bien expliqué qu'Anderlecht était devenu un club avec des moyens très limités.Il est de toute façon déjà presque certain que le noyau de la saison prochaine sera fort différent de l'actuel. A charge pour Kompany de s'adapter. Lors de l'été dernier, Peter Verbeke avait reçu, en tout et pour tout, une enveloppe de 4 petits millions. Une misère. Pour le mercato qui vient de se terminer, il n'a rien reçu du tout. Anderlecht est incapable de débourser pour transférer. Verbeke est condamné à jongler, à passer son temps à flairer de bonnes affaires. Il a déjà réalisé une quarantaine de transactions depuis son arrivée il y a un an. Àpart le gros coup Doku, ce sont des transactions de pauvre. Anderlecht multiplie les locations et, parfois, obtient des options d'achat. C'est le cas pour Majeed Ashimeru (2,5 millions), Mukairu (trois) et Diaby (3,5). Mais à supposer que ces joueurs explosent dans la dernière ligne droite du championnat, ces tarifs sont de toute façon impayables pour un club qui a dû réaliser à l'arrache une augmentation de capital decinq millions, la semaine passée, pour ne pas se faire recaler par la commission des licences. Verbeke affirme que Matt Miazga n'est pas contre l'idée de prolonger son aventure belge et il ne désespère pas de conserver aussi Lukas Nmecha et Bruun Larsen, mais pour ça, une qualification européenne sera indispensable. En même temps, il se plaint de ne rien pouvoir planifier sur le marché des transferts entrants si de nouveaux moyens ne sont pas débloqués entre-temps. Et on entend qu'il faudrait une nouvelle injection de septante millions pour que le club redevienne "structurellement sain" et puisse "retrouver son statut sportif."