"Je suis favori, un rôle qui n'est pas facile, mais j'ai une très forte équipe derrière moi", a indiqué Wout van Aert vendredi à Malines. "J'ai un très bon sentiment avant ces championnats du monde, une bonne condition, de bonnes jambes. Je suis aussi le leader de l'équipe belge, c'est un rêve d'avoir ce rôle dans des championnats du monde à domicile. Il y a certes du stress dans ma position, mais il y a aussi du plaisir". Parmi ses adversaires van Aert pointe Mathieu van der Poel. "Je dois tenir compte de lui, tout autant que des Pidcock, Mohoric, que des coureurs français, des Danois, des Italiens, d'Ewan, aussi, qu'il vaut mieux éviter au sprint. Ils sont tous très costauds". Wout van Aert a reconnu le parcours mondial à deux reprises, pour se rassurer, se baigner une première fois dans l'atmosphère du championnat du monde. "J'ai reconnu deux fois le parcours, même si je le connaissais depuis longtemps. Je n'ai donc pas rencontré de surprises. Nous avons roulé en équipe jeudi sur le circuit final autour de Louvain. La circulation était bloquée, ce qui a changé notre perception du parcours. C'était un bon choix de faire cette 'reco' jeudi pour s'imprégner de l'ambiance, avec ces fans sur le bord des routes, ces inscriptions sur la chaussée. Il y aura beaucoup de monde dimanche. Je vais peut-être apprécier cela dans les premiers tours à Louvain mais je serai, par contre, focalisé à fond sur la course dans la finale". Evoquant le parcours du mondial, Wout van Aert a indiqué que le circuit final à Louvain, très technique, devrait faire la différence. "Le parcours global peut faire penser à une classique, avec l'intensité qu'aura la course, avec la distance de près 270 kilomètres. Le circuit flandrien sera dur avec ses côtes. La boucle finale à Louvain n'est pas difficile en soi mais elle présente de nombreux virages, obstacles, des relances, un tout qui peut faire la différence. On pourrait voir un groupe de 30 à 50 coureurs dans la finale". Le champion de Belgique abordera la course de dimanche en pleine confiance. "J'ai une équipe très forte au tour de moi, avec des coureurs qui sont tous leaders dans leurs équipes respectives. Cela me donne bien sûr beaucoup de confiance et un très bon sentiment. J'ai dit, après le mondial de chrono dimanche dernier que ma 2e place était celle de trop. Je vise vraiment l'or dimanche. J'ai déjà envie d'y être, envie de livrer la meilleure course possible avec mes coéquipiers. Nous avons une équipe forte qui peut gérer les attaques de loin et y placer quelques hommes. Nous sommes aussi capables d'avoir plusieurs coureurs dans la finale. L'objectif est de me protéger le plus longtemps possible et d'être à mes côtés dans la finale". Le dernier coureur devenu champion du monde en Belgique est Benoni Beheyt qui avait, à la surprise générale, devancé Rik van Looy à Renaix en 1963. "Cela fait longtemps", a réagi Wout van Aert. "Et notre dernier champion du monde en date est Philippe Gilbert en 2012 à Valkenburg. Je pense qu'il serait bon qu'un pays de vélo comme la Belgique puisse retrouver le maillot arc-en-ciel". L'équipe belge sera composée de Tiesj Benoot, Victor Campenaerts, Tim Declercq, Remco Evenepoel, Yves Lampaert, Jasper Stuyven, Dylan Teuns et Wout van Aert. (Belga)

"Je suis favori, un rôle qui n'est pas facile, mais j'ai une très forte équipe derrière moi", a indiqué Wout van Aert vendredi à Malines. "J'ai un très bon sentiment avant ces championnats du monde, une bonne condition, de bonnes jambes. Je suis aussi le leader de l'équipe belge, c'est un rêve d'avoir ce rôle dans des championnats du monde à domicile. Il y a certes du stress dans ma position, mais il y a aussi du plaisir". Parmi ses adversaires van Aert pointe Mathieu van der Poel. "Je dois tenir compte de lui, tout autant que des Pidcock, Mohoric, que des coureurs français, des Danois, des Italiens, d'Ewan, aussi, qu'il vaut mieux éviter au sprint. Ils sont tous très costauds". Wout van Aert a reconnu le parcours mondial à deux reprises, pour se rassurer, se baigner une première fois dans l'atmosphère du championnat du monde. "J'ai reconnu deux fois le parcours, même si je le connaissais depuis longtemps. Je n'ai donc pas rencontré de surprises. Nous avons roulé en équipe jeudi sur le circuit final autour de Louvain. La circulation était bloquée, ce qui a changé notre perception du parcours. C'était un bon choix de faire cette 'reco' jeudi pour s'imprégner de l'ambiance, avec ces fans sur le bord des routes, ces inscriptions sur la chaussée. Il y aura beaucoup de monde dimanche. Je vais peut-être apprécier cela dans les premiers tours à Louvain mais je serai, par contre, focalisé à fond sur la course dans la finale". Evoquant le parcours du mondial, Wout van Aert a indiqué que le circuit final à Louvain, très technique, devrait faire la différence. "Le parcours global peut faire penser à une classique, avec l'intensité qu'aura la course, avec la distance de près 270 kilomètres. Le circuit flandrien sera dur avec ses côtes. La boucle finale à Louvain n'est pas difficile en soi mais elle présente de nombreux virages, obstacles, des relances, un tout qui peut faire la différence. On pourrait voir un groupe de 30 à 50 coureurs dans la finale". Le champion de Belgique abordera la course de dimanche en pleine confiance. "J'ai une équipe très forte au tour de moi, avec des coureurs qui sont tous leaders dans leurs équipes respectives. Cela me donne bien sûr beaucoup de confiance et un très bon sentiment. J'ai dit, après le mondial de chrono dimanche dernier que ma 2e place était celle de trop. Je vise vraiment l'or dimanche. J'ai déjà envie d'y être, envie de livrer la meilleure course possible avec mes coéquipiers. Nous avons une équipe forte qui peut gérer les attaques de loin et y placer quelques hommes. Nous sommes aussi capables d'avoir plusieurs coureurs dans la finale. L'objectif est de me protéger le plus longtemps possible et d'être à mes côtés dans la finale". Le dernier coureur devenu champion du monde en Belgique est Benoni Beheyt qui avait, à la surprise générale, devancé Rik van Looy à Renaix en 1963. "Cela fait longtemps", a réagi Wout van Aert. "Et notre dernier champion du monde en date est Philippe Gilbert en 2012 à Valkenburg. Je pense qu'il serait bon qu'un pays de vélo comme la Belgique puisse retrouver le maillot arc-en-ciel". L'équipe belge sera composée de Tiesj Benoot, Victor Campenaerts, Tim Declercq, Remco Evenepoel, Yves Lampaert, Jasper Stuyven, Dylan Teuns et Wout van Aert. (Belga)