Il pourrait y avoir une "situation dans laquelle nous ne pourrions pas autoriser de spectateurs" du tout, a reconnu Seiko Hashimoto, ajoutant que les Jeux ne seraient un succès que si les organisateurs protégeaient "complètement" les athlètes et la population japonaise. Reportés d'un an en raison de la crise sanitaire, les Jeux Olympiques de Tokyo doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août. Mercredi, le Comité International olympique (CIO) avait fait le point sur la présence notamment du public aux JO. La décision quant à la présence des spectateurs résidant au Japon lors des compétitions avait été repoussée au mois de juin afin de tenir compte de la situation de la pandémie à ce moment-là, avait alors déclaré le CIO. Elle était prévue en avril. Le 20 mars, la décision a été prise d'interdire la présence de spectateurs venus de l'étranger. L'aggravation de la pandémie au Japon où l'état d'urgence a été décrété pour trois semaines dans quatre préfectures, dont celle de Tokyo, jusqu'au 11 mai a contraint les décideurs à la reporter. Si le public, plus ou moins nombreux selon les sites, devait être autorisé à assister aux épreuves, il sera contraint de porter un masque et ne pourra réagir que sous forme d'applaudissements, sans cris, ni chant. (Belga)

Il pourrait y avoir une "situation dans laquelle nous ne pourrions pas autoriser de spectateurs" du tout, a reconnu Seiko Hashimoto, ajoutant que les Jeux ne seraient un succès que si les organisateurs protégeaient "complètement" les athlètes et la population japonaise. Reportés d'un an en raison de la crise sanitaire, les Jeux Olympiques de Tokyo doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août. Mercredi, le Comité International olympique (CIO) avait fait le point sur la présence notamment du public aux JO. La décision quant à la présence des spectateurs résidant au Japon lors des compétitions avait été repoussée au mois de juin afin de tenir compte de la situation de la pandémie à ce moment-là, avait alors déclaré le CIO. Elle était prévue en avril. Le 20 mars, la décision a été prise d'interdire la présence de spectateurs venus de l'étranger. L'aggravation de la pandémie au Japon où l'état d'urgence a été décrété pour trois semaines dans quatre préfectures, dont celle de Tokyo, jusqu'au 11 mai a contraint les décideurs à la reporter. Si le public, plus ou moins nombreux selon les sites, devait être autorisé à assister aux épreuves, il sera contraint de porter un masque et ne pourra réagir que sous forme d'applaudissements, sans cris, ni chant. (Belga)