"A partir des matchs à élimination directe, nous n'avons encaissé qu'une seule fois en quatre rencontres. C'est quand même très peu", s'est réjoui le défenseur aux 190 caps sous le maillot national. Dimanche en Inde, les Belges ont dû batailler durant toute la rencontre, terminée sur le score de 0-0, avant de prendre le dessus sur les Pays-Bas au terme d'une séance de shoot-out (3-2) riche en rebondissements. "Nous sommes restés confiants car nous étions persuadés de pouvoir gagner, même aux shoot-out", a ajouté le Belge de 27 ans, qui a connu les défaites en finale aux Jeux Olympiques 2016 et à l'Euro 2017. "Les deux dernières finales se sont jouées à très peu et nous avions d'ailleurs chaque fois mené avant de perdre. Pour finir, c'est peut-être lors de la finale la plus serrée qu'on parvient à s'imposer. Les Pays-Bas ont fait un beau parcours aussi mais se sont quand même inclinés 4-1 devant l'Allemagne en phase de poules alors que nous terminons invaincus." Boccard et les siens ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter en si bon chemin. "Le groupe a encore soif de victoires. Notre but reste de remporter chaque tournoi auquel nous participons. Ce n'est pas arrogant de le dire mais simplement afficher ses ambitions. Nous nous savons capables de battre tout le monde mais aussi de perdre. Nous voulons continuer à travailler très dur et afficher cette même mentalité." La Belgique pourrait ajouter une seconde ligne à son palmarès dès 2019. En effet, les Red Lions disputeront l'Euro devant leur public anversois avant de préparer les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Dimanche au Kalinga Stadium de Bhubaneswar, l'équipe nationale masculine de hockey est rentrée dans l'histoire en remportant le premier titre mondial belge dans un sport collectif. (Belga)

"A partir des matchs à élimination directe, nous n'avons encaissé qu'une seule fois en quatre rencontres. C'est quand même très peu", s'est réjoui le défenseur aux 190 caps sous le maillot national. Dimanche en Inde, les Belges ont dû batailler durant toute la rencontre, terminée sur le score de 0-0, avant de prendre le dessus sur les Pays-Bas au terme d'une séance de shoot-out (3-2) riche en rebondissements. "Nous sommes restés confiants car nous étions persuadés de pouvoir gagner, même aux shoot-out", a ajouté le Belge de 27 ans, qui a connu les défaites en finale aux Jeux Olympiques 2016 et à l'Euro 2017. "Les deux dernières finales se sont jouées à très peu et nous avions d'ailleurs chaque fois mené avant de perdre. Pour finir, c'est peut-être lors de la finale la plus serrée qu'on parvient à s'imposer. Les Pays-Bas ont fait un beau parcours aussi mais se sont quand même inclinés 4-1 devant l'Allemagne en phase de poules alors que nous terminons invaincus." Boccard et les siens ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter en si bon chemin. "Le groupe a encore soif de victoires. Notre but reste de remporter chaque tournoi auquel nous participons. Ce n'est pas arrogant de le dire mais simplement afficher ses ambitions. Nous nous savons capables de battre tout le monde mais aussi de perdre. Nous voulons continuer à travailler très dur et afficher cette même mentalité." La Belgique pourrait ajouter une seconde ligne à son palmarès dès 2019. En effet, les Red Lions disputeront l'Euro devant leur public anversois avant de préparer les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Dimanche au Kalinga Stadium de Bhubaneswar, l'équipe nationale masculine de hockey est rentrée dans l'histoire en remportant le premier titre mondial belge dans un sport collectif. (Belga)