"Cela aurait pu être plus. Mais c'est comme ça. On a fait ce que l'on a pu. Il nous reste quatre jours à présent. On continue", a expliqué le copilote belge. "L'étape n'était pas très difficile. En fait, nous n'avons jamais connu de difficultés. On a bien roulé et après les dunes, nous avions 10 minutes d'avance sur Al-Attiyah. On a crevé après 28 km, on s'est arrêté pour changer la roue, mais après je ne sais pas comment cela s'est passé, on a constaté que nous n'avions plus la deuxième roue de secours. Pour ne pas hypothéquer la suite, il fallait rester prudent pour éviter de crever une seconde fois. C'est dommage parce qu'on était dans un bon tempo". "On a attaqué à bloc toute la spéciale, mais au km 28 on a crevé, on a perdu deux minutes", a confirmé Sébastien Loeb au micro des organisateurs. "Et en arrivant à la neutralisation, on se rend compte qu'on a perdu notre deuxième roue de secours ! Donc il nous restait 250 kilomètres sans avoir droit à l'erreur. Je savais qu'on était en train de faire un bon temps, donc j'ai fait gaffe dans les cailloux, je n'ai pas voulu prendre de risque de crever. En tout cas, j'ai fait une bonne spéciale, Nasser a perdu un peu de temps, il n'allait pas très vite. La semaine dernière c'est moi qui avait été embêté, cette fois-ci c'est lui". (Belga)

"Cela aurait pu être plus. Mais c'est comme ça. On a fait ce que l'on a pu. Il nous reste quatre jours à présent. On continue", a expliqué le copilote belge. "L'étape n'était pas très difficile. En fait, nous n'avons jamais connu de difficultés. On a bien roulé et après les dunes, nous avions 10 minutes d'avance sur Al-Attiyah. On a crevé après 28 km, on s'est arrêté pour changer la roue, mais après je ne sais pas comment cela s'est passé, on a constaté que nous n'avions plus la deuxième roue de secours. Pour ne pas hypothéquer la suite, il fallait rester prudent pour éviter de crever une seconde fois. C'est dommage parce qu'on était dans un bon tempo". "On a attaqué à bloc toute la spéciale, mais au km 28 on a crevé, on a perdu deux minutes", a confirmé Sébastien Loeb au micro des organisateurs. "Et en arrivant à la neutralisation, on se rend compte qu'on a perdu notre deuxième roue de secours ! Donc il nous restait 250 kilomètres sans avoir droit à l'erreur. Je savais qu'on était en train de faire un bon temps, donc j'ai fait gaffe dans les cailloux, je n'ai pas voulu prendre de risque de crever. En tout cas, j'ai fait une bonne spéciale, Nasser a perdu un peu de temps, il n'allait pas très vite. La semaine dernière c'est moi qui avait été embêté, cette fois-ci c'est lui". (Belga)