Le président a pu ensuite repartir libre, souligne le club dans une communication officielle. Concernant l'interpellation pour audition de plusieurs joueurs de ce même club, le club ne souhaite pas officiellement confirmer l'information, précisant qu'il ne souhaite plus ajouter de commentaires.

La formation waeslandienne répète que ses installations du Freethiel n'ont pas fait l'objet de perquisitions mercredi, comme l'ont été les bureaux d'une poignée d'autres clubs du championnat. Le président Dirk Huyck "offre son entière collaboration à l'enquête", ajoute Waasland-Beveren.

"Il n'y avait pas d'entraînement prévu ce matin car nous avons un match amical contre Cologne ce soir au Freethiel", explique encore Martijn De Jonge, le porte-parole.

Le parquet fédéral, en charge de l'affaire, doit donner davantage d'informations dans le courant de l'après-midi. Il avait précisé jeudi matin qu'il n'y aurait pas d'interpellations ce jeudi, toutes les personnes visées ayant été appréhendées mercredi.

L'enquête, qui s'est emballée mercredi, visait initialement des transferts d'argent présumés frauduleux et se serait ensuite étendue à des soupçons de corruption liés à d'éventuels matches truqués.