Après Anderlecht qui remet régulièrement en cause la formule des play-offs, essentiellement la division des points par deux après la phase classique, c'est aujourd'hui Ivan De Witte, président de La Gantoise et patron de la Ligue Pro, qui se pose des questions.

Il affirme que cette division des points est "intenable", qu'il faudrait peut-être penser à une conservation des points acquis durant la phase régulière, voire à une multiplication par... deux tiers. "Je pense que tout le monde voit que la réduction de moitié des points acquis est une mesure trop radicale et est devenue intenable", a expliqué Ivan De Witte à la Gazet Van Antwerpen ce mardi. "Le maintien des points acquis (lors de la compétition régulière) me parait être une formule probablement plus raisonnable. Voire à la limite une réduction des points à deux-tiers." Pour faire encore plus simple qu'aujourd'hui, sans doute...

Le plus amusant est que De Witte et Roger Vanden Stock, les boss de Gand et d'Anderlecht, avaient poussé à fond pour la formule actuelle. Attirés par la manne des droits télé (c'est gagné) et par une élévation du niveau de jeu (c'est beaucoup moins évident).

Mais cela fait deux années de suite que leur équipe cochonne ses play-offs, alors ils sont occupés à changer complètement d'avis. Les arroseurs sont arrosés.

Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine

Après Anderlecht qui remet régulièrement en cause la formule des play-offs, essentiellement la division des points par deux après la phase classique, c'est aujourd'hui Ivan De Witte, président de La Gantoise et patron de la Ligue Pro, qui se pose des questions. Il affirme que cette division des points est "intenable", qu'il faudrait peut-être penser à une conservation des points acquis durant la phase régulière, voire à une multiplication par... deux tiers. "Je pense que tout le monde voit que la réduction de moitié des points acquis est une mesure trop radicale et est devenue intenable", a expliqué Ivan De Witte à la Gazet Van Antwerpen ce mardi. "Le maintien des points acquis (lors de la compétition régulière) me parait être une formule probablement plus raisonnable. Voire à la limite une réduction des points à deux-tiers." Pour faire encore plus simple qu'aujourd'hui, sans doute... Le plus amusant est que De Witte et Roger Vanden Stock, les boss de Gand et d'Anderlecht, avaient poussé à fond pour la formule actuelle. Attirés par la manne des droits télé (c'est gagné) et par une élévation du niveau de jeu (c'est beaucoup moins évident). Mais cela fait deux années de suite que leur équipe cochonne ses play-offs, alors ils sont occupés à changer complètement d'avis. Les arroseurs sont arrosés. Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine