Les Limbourgeois se sont qualifiés sur le fil pour les play-offs 1 lors de la dernière journée de la phase classique. Entre fond de jeu inexistant et maladresses à répétitions, on est bien loin de l'équipe que tout le monde voyait lutter pour le titre en début de saison. Le bilan en matchs retours est tout simplement catastrophique (13 sur 45), ce qui a plongé le noyau dans la crise et hypothéqué les chances de titre. Un peu avant la fin de la phase classique, Mario Been a d'ailleurs été limogé et remplacé par Emilio Ferrera. Ce dernier n'a manifestement pas su créer de choc psychologique positif vu l'élimination sans gloire en Europa League contre Anzhi et le triste 4 sur 9 en championnat.


La défense : Köteles - Anele - Kara - Koulibaly - Hamalainen
Le secteur défensif de Genk a très souvent été pointé du doigt cette saison. Avec 39 goals encaissés en 30 matchs, Genk possède la moins bonne défense des PO 1. Le licenciement de Mario Been est en partie dû à cette perméabilité de l'arrière garde. Par contre, Emilio Ferrera est lui réputé pour avoir la capacité de mettre en place une assise défensive performante en peu de temps. Cela a très certainement conditionné son embauche.

Pourtant, depuis l'arrivée de Ferrera, c'est la soupe à la grimace pour Derrick Tshimanga. Le jeune arrière gauche n'est en effet plus le premier choix au back gauche puisque Hamalainen lui est préféré. À droite, on retrouve l'habituel Anele et dans l'axe de la défense, si ils sont tous les deux à 100%, le duo Kara - Koulibaly est titulaire. Un des postes à problème reste également le gardien. Si Köteles a souvent été satisfaisant, on ne peut pas en dire autant de son substitut: Van Hout. Ce dernier démontre qu'il n'a tout simplement pas le niveau pour la D1 belge


L'avis de Philippe Albert (ancien défenseur d'Anderlecht et de Newcastle) : "Si Kara et Koulibaly sont concentrés et physiquement à 100%, cette paire est une des meilleures du pays. Mais il a suffi d'un ou deux mauvais résultats et les deux se sont écroulés. Pour pallier à cela, Ferrera a fait plusieurs fois appel à Jeroen Simaeys, mais si Kara et Koulibaly sont aptes, il n'y a pas de place pour lui dans cette défense. Je pense que depuis trois bons mois, ce n'est plus du tout comme en début de saison. Genk a eu une crise de confiance au niveau défensif qui s'est payée cash. Il y a énormément d'erreurs dans des matchs de seconde zone et ils ont perdu énormément de points à cause de cela et ça va leur coûter cher en fin de saison."

Le milieu : Kumordzi - Gorius - Buffel - De Ceulaer
Dans l'entrejeu, tout semble reposer sur Julien Gorius. Le Français a inscrit neuf buts cette année (dont quatre sur penalty), mais il semble encore à la recherche de la meilleure carburation. À ses côtés, Kumordzi s'est imposé comme le choix numéro un du nouveau coach, en lieu et place d'Hyland. Sur les flancs, on retrouve l'inusable Thomas Buffel à droite tandis qu'à gauche, De Ceulaer semble avoir la préférence sur Fabien Camus. Le gros point faible des latéraux reste leur faible productivité offensive. En effet, Buffel, Camus et De Ceulaer, c'est à peine sept buts à eux trois.

L'avis de Wilfried Van Moer (ancien sélectionneur fédéral et milieu de terrain du Standard de Liège) : "Ce n'est pas un mauvais milieu de terrain, mais cela ne fonctionne pas depuis quelques mois. Je pense que c'est tout simplement insuffisant pour être compétitif contre des équipes du top. Contre le Standard ou Bruges, ce milieu ne peut pas rivaliser. Pour moi, cet entrejeu est tout simplement le plus faible des PO1. Gorius joue beaucoup trop bas et on n'exploite pas assez ses qualités. Je ne vois pour le moment aucun point fort dans ce compartiment, mais cela va peut-être venir, car il y a des qualités. Pour l'instant, il n'y a juste aucun équilibre."
L'attaque : Mboyo - Vossen
Cet été, Pelé Mboyo était devenu le transfert le plus cher entre deux clubs belges. De fait, Genk a dû verser la somme de 4 millions d'euros à La Gantoise pour s'attacher les services de ce buteur talentueux. Seulement depuis le début de la saison, Mboyo cale. La faute à une blessure qui l'a tenu éloigné des terrains durant trois mois et à une relation exécrable avec Mario Been. Pourtant, la complémentarité avec Vossen sautait aux yeux tant les deux joueurs sont faits pour évoluer ensemble. Mais Petit Pelé constitue pour l'heure la déception du championnat. Le poids de l'attaque reposera pourtant sur ses épaules durant ces play-offs, puisque Vossen s'est occasionné une déchirure du mollet qui devrait le tenir éloigné des terrains quelques semaines.


L'avis de Thomas Chatelle (ailier du RAEC Mons et consultant pour Belgacom TV) : "Le point fort de cette attaque, ce n'est pas un secret, se résume à un seul joueur : Jelle Vossen. Le véritable atout devrait être la complémentarité entre Vossen et Mboyo. Ils sont parfaits pour jouer ensemble. Le problème, c'est qu'ils n'ont pas encore réussi à trouver leurs marques. Principalement Mboyo, qui cherche sa meilleure forme. Paradoxalement, le point fort offensif constitue aussi le principal point faible: puisque toute l'attaque de Genk repose sur Jelle, ça rend les offensives limbourgeoises un peu trop prévisibles. Les adversaires défendent trop facilement contre eux. La blessure de Vossen peut grandement pénaliser Genk. Dans les PO1, on a besoin d'expérience et Vossen connaît le championnat comme sa poche, donc ça peut être décisif. Maintenant, Genk n'aura rien à perdre vu leur qualification sur le fil et tout ce qu'ils prendront sera du bonus. Donc j'ai l'impression qu'ils vont pouvoir jouer libérés."

Les Limbourgeois se sont qualifiés sur le fil pour les play-offs 1 lors de la dernière journée de la phase classique. Entre fond de jeu inexistant et maladresses à répétitions, on est bien loin de l'équipe que tout le monde voyait lutter pour le titre en début de saison. Le bilan en matchs retours est tout simplement catastrophique (13 sur 45), ce qui a plongé le noyau dans la crise et hypothéqué les chances de titre. Un peu avant la fin de la phase classique, Mario Been a d'ailleurs été limogé et remplacé par Emilio Ferrera. Ce dernier n'a manifestement pas su créer de choc psychologique positif vu l'élimination sans gloire en Europa League contre Anzhi et le triste 4 sur 9 en championnat. La défense : Köteles - Anele - Kara - Koulibaly - Hamalainen Le secteur défensif de Genk a très souvent été pointé du doigt cette saison. Avec 39 goals encaissés en 30 matchs, Genk possède la moins bonne défense des PO 1. Le licenciement de Mario Been est en partie dû à cette perméabilité de l'arrière garde. Par contre, Emilio Ferrera est lui réputé pour avoir la capacité de mettre en place une assise défensive performante en peu de temps. Cela a très certainement conditionné son embauche. Pourtant, depuis l'arrivée de Ferrera, c'est la soupe à la grimace pour Derrick Tshimanga. Le jeune arrière gauche n'est en effet plus le premier choix au back gauche puisque Hamalainen lui est préféré. À droite, on retrouve l'habituel Anele et dans l'axe de la défense, si ils sont tous les deux à 100%, le duo Kara - Koulibaly est titulaire. Un des postes à problème reste également le gardien. Si Köteles a souvent été satisfaisant, on ne peut pas en dire autant de son substitut: Van Hout. Ce dernier démontre qu'il n'a tout simplement pas le niveau pour la D1 belge L'avis de Philippe Albert (ancien défenseur d'Anderlecht et de Newcastle) : "Si Kara et Koulibaly sont concentrés et physiquement à 100%, cette paire est une des meilleures du pays. Mais il a suffi d'un ou deux mauvais résultats et les deux se sont écroulés. Pour pallier à cela, Ferrera a fait plusieurs fois appel à Jeroen Simaeys, mais si Kara et Koulibaly sont aptes, il n'y a pas de place pour lui dans cette défense. Je pense que depuis trois bons mois, ce n'est plus du tout comme en début de saison. Genk a eu une crise de confiance au niveau défensif qui s'est payée cash. Il y a énormément d'erreurs dans des matchs de seconde zone et ils ont perdu énormément de points à cause de cela et ça va leur coûter cher en fin de saison." Le milieu : Kumordzi - Gorius - Buffel - De Ceulaer Dans l'entrejeu, tout semble reposer sur Julien Gorius. Le Français a inscrit neuf buts cette année (dont quatre sur penalty), mais il semble encore à la recherche de la meilleure carburation. À ses côtés, Kumordzi s'est imposé comme le choix numéro un du nouveau coach, en lieu et place d'Hyland. Sur les flancs, on retrouve l'inusable Thomas Buffel à droite tandis qu'à gauche, De Ceulaer semble avoir la préférence sur Fabien Camus. Le gros point faible des latéraux reste leur faible productivité offensive. En effet, Buffel, Camus et De Ceulaer, c'est à peine sept buts à eux trois. L'avis de Wilfried Van Moer (ancien sélectionneur fédéral et milieu de terrain du Standard de Liège) : "Ce n'est pas un mauvais milieu de terrain, mais cela ne fonctionne pas depuis quelques mois. Je pense que c'est tout simplement insuffisant pour être compétitif contre des équipes du top. Contre le Standard ou Bruges, ce milieu ne peut pas rivaliser. Pour moi, cet entrejeu est tout simplement le plus faible des PO1. Gorius joue beaucoup trop bas et on n'exploite pas assez ses qualités. Je ne vois pour le moment aucun point fort dans ce compartiment, mais cela va peut-être venir, car il y a des qualités. Pour l'instant, il n'y a juste aucun équilibre." L'attaque : Mboyo - Vossen Cet été, Pelé Mboyo était devenu le transfert le plus cher entre deux clubs belges. De fait, Genk a dû verser la somme de 4 millions d'euros à La Gantoise pour s'attacher les services de ce buteur talentueux. Seulement depuis le début de la saison, Mboyo cale. La faute à une blessure qui l'a tenu éloigné des terrains durant trois mois et à une relation exécrable avec Mario Been. Pourtant, la complémentarité avec Vossen sautait aux yeux tant les deux joueurs sont faits pour évoluer ensemble. Mais Petit Pelé constitue pour l'heure la déception du championnat. Le poids de l'attaque reposera pourtant sur ses épaules durant ces play-offs, puisque Vossen s'est occasionné une déchirure du mollet qui devrait le tenir éloigné des terrains quelques semaines. L'avis de Thomas Chatelle (ailier du RAEC Mons et consultant pour Belgacom TV) : "Le point fort de cette attaque, ce n'est pas un secret, se résume à un seul joueur : Jelle Vossen. Le véritable atout devrait être la complémentarité entre Vossen et Mboyo. Ils sont parfaits pour jouer ensemble. Le problème, c'est qu'ils n'ont pas encore réussi à trouver leurs marques. Principalement Mboyo, qui cherche sa meilleure forme. Paradoxalement, le point fort offensif constitue aussi le principal point faible: puisque toute l'attaque de Genk repose sur Jelle, ça rend les offensives limbourgeoises un peu trop prévisibles. Les adversaires défendent trop facilement contre eux. La blessure de Vossen peut grandement pénaliser Genk. Dans les PO1, on a besoin d'expérience et Vossen connaît le championnat comme sa poche, donc ça peut être décisif. Maintenant, Genk n'aura rien à perdre vu leur qualification sur le fil et tout ce qu'ils prendront sera du bonus. Donc j'ai l'impression qu'ils vont pouvoir jouer libérés."