L'étape, pour l'essentiel dans le département du Jura, grimpe sur les contreforts du massif avant de rallier Champagnole, ville étape pour la 3e fois. Le profil d'ensemble convient aux baroudeurs, d'autant qu'il comporte beaucoup de faux-plats surtout à partir de la mi-parcours et de la côte de Château-Chalon (4,3 km à 4,7 %), du nom du vignoble qui produit le célèbre vin jaune emblématique de la gastronomie franc-comtoise et seule vraie difficulté de la journée. L'hypothèse d'un sprint reste valide, toutefois, aux yeux de Thierry Gouvenou. "Nous sommes certes dans le Jura mais les pourcentages demeurent modérés. Et, comme le final est vraiment plat, avec une belle dernière ligne droite, un sprint est très probable", parie le directeur de course de la Grande Boucle. C'est ce que souhaitait notamment Thomas De Gendt à l'arrivée de l'étape jeudi avec l'espoir d'accrocher une 3e victoire pour Lotto Soudal avec l'Australien Caleb Ewan. Le maillot vert de Deceuninck-Quick Step est du même avis, ce serait pour lui son second succès d'étape. Champagnole (8000 habitants) accueille la Grande boucle pour la première fois depuis 1964, année du départ d'une étape gagnée à Thonon-les-Bains par le Néerlandais Jan Janssen, vainqueur du Tour trois ans plus tard. Départ de Bourg-en-Bresse à 13h30 (lancé à 13h45), arrivée à Champagnole vers 17h37 (moyenne calculée à 43 km/h). (Belga)

L'étape, pour l'essentiel dans le département du Jura, grimpe sur les contreforts du massif avant de rallier Champagnole, ville étape pour la 3e fois. Le profil d'ensemble convient aux baroudeurs, d'autant qu'il comporte beaucoup de faux-plats surtout à partir de la mi-parcours et de la côte de Château-Chalon (4,3 km à 4,7 %), du nom du vignoble qui produit le célèbre vin jaune emblématique de la gastronomie franc-comtoise et seule vraie difficulté de la journée. L'hypothèse d'un sprint reste valide, toutefois, aux yeux de Thierry Gouvenou. "Nous sommes certes dans le Jura mais les pourcentages demeurent modérés. Et, comme le final est vraiment plat, avec une belle dernière ligne droite, un sprint est très probable", parie le directeur de course de la Grande Boucle. C'est ce que souhaitait notamment Thomas De Gendt à l'arrivée de l'étape jeudi avec l'espoir d'accrocher une 3e victoire pour Lotto Soudal avec l'Australien Caleb Ewan. Le maillot vert de Deceuninck-Quick Step est du même avis, ce serait pour lui son second succès d'étape. Champagnole (8000 habitants) accueille la Grande boucle pour la première fois depuis 1964, année du départ d'une étape gagnée à Thonon-les-Bains par le Néerlandais Jan Janssen, vainqueur du Tour trois ans plus tard. Départ de Bourg-en-Bresse à 13h30 (lancé à 13h45), arrivée à Champagnole vers 17h37 (moyenne calculée à 43 km/h). (Belga)