C'est lui qui, à partir de 1997 et avec l'aide du bourgmestre de l'époque Jean-Pierre Detremmerie, avait patiemment construit le Futurosport. Il s'était d'ailleurs fixé pour objectif de ramener progressivement les "anciens" dans le nouveau club, fusionné avec Péruwelz après la faillite de l'Excelsior.

Il se réjouissait du partenariat avec Lille, qu'il avait lui-même préconisé et qu'il voyait comme une opportunité unique de renforcer les structures à la fois sportives et financières. Ce partenariat lui a finalement été fatal.

Avec 51% des parts dans le club, les décideurs sont désormais les Français. Et le nouveau coach, Arnaud Dos Santos, est d'ailleurs un ancien du LOSC. Les résultats vont peut-être suivre en D2, mais les supporters, qui étaient revenus en masse au Canonnier, auront du mal à s'identifier.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

C'est lui qui, à partir de 1997 et avec l'aide du bourgmestre de l'époque Jean-Pierre Detremmerie, avait patiemment construit le Futurosport. Il s'était d'ailleurs fixé pour objectif de ramener progressivement les "anciens" dans le nouveau club, fusionné avec Péruwelz après la faillite de l'Excelsior. Il se réjouissait du partenariat avec Lille, qu'il avait lui-même préconisé et qu'il voyait comme une opportunité unique de renforcer les structures à la fois sportives et financières. Ce partenariat lui a finalement été fatal. Avec 51% des parts dans le club, les décideurs sont désormais les Français. Et le nouveau coach, Arnaud Dos Santos, est d'ailleurs un ancien du LOSC. Les résultats vont peut-être suivre en D2, mais les supporters, qui étaient revenus en masse au Canonnier, auront du mal à s'identifier. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine