"C'est presque comme un circuit donc tout le monde va reconnaitre une fois le parcours", a précisé Gilbert dans une visioconférence. "Le fait que je m'entraîne souvent ici ne jouera pas un rôle samedi, ni dimanche. De nombreux coureurs vivent à Monaco ou Nice et connaissent la région." Gilbert n'a pas voulu revenir sur sa non-sélection en 2019 avec Deceuninck-Quick Step et préfère regarder vers l'avenir. "C'est difficile de dire ce qui va se passer dans le climat actuel. Je serai content si nous pouvons prendre le départ et ensuite arriver jusque Paris. J'ai connu des moments plus difficiles ces dernières années (deux abandons en 2018 et 2017, ndlr.) et je serai déjà content de prendre le départ cette année." En 2011, Gilbert avait déjà porté le maillot jaune. "Tout peut arriver samedi", a-t-il reconnu. "En cas de sprint, nous avons une carte à jouer avec Caleb Ewan. Tout dépendra de la météo aussi. S'il pleut, il y aura des possibilités car le peloton aura du mal à rester groupé. Nous verrons bien." Dans les conditions sanitaires actuelles, le Tour de France a également pris des mesures strictes. Si une équipe recense plus de deux cas positifs au coronavirus, elle sera exclue du Tour dans son entièreté. "C'est une mesure qui vaut pour tout le monde", a confié Gilbert. "Cela a été imposé à l'organisation par les autorités françaises et elle ne pouvait que l'accepter. Nous devons faire attention et respecter notre bulle au maximum. Si nous faisons cela, il n'y aura aucun problème." (Belga)

"C'est presque comme un circuit donc tout le monde va reconnaitre une fois le parcours", a précisé Gilbert dans une visioconférence. "Le fait que je m'entraîne souvent ici ne jouera pas un rôle samedi, ni dimanche. De nombreux coureurs vivent à Monaco ou Nice et connaissent la région." Gilbert n'a pas voulu revenir sur sa non-sélection en 2019 avec Deceuninck-Quick Step et préfère regarder vers l'avenir. "C'est difficile de dire ce qui va se passer dans le climat actuel. Je serai content si nous pouvons prendre le départ et ensuite arriver jusque Paris. J'ai connu des moments plus difficiles ces dernières années (deux abandons en 2018 et 2017, ndlr.) et je serai déjà content de prendre le départ cette année." En 2011, Gilbert avait déjà porté le maillot jaune. "Tout peut arriver samedi", a-t-il reconnu. "En cas de sprint, nous avons une carte à jouer avec Caleb Ewan. Tout dépendra de la météo aussi. S'il pleut, il y aura des possibilités car le peloton aura du mal à rester groupé. Nous verrons bien." Dans les conditions sanitaires actuelles, le Tour de France a également pris des mesures strictes. Si une équipe recense plus de deux cas positifs au coronavirus, elle sera exclue du Tour dans son entièreté. "C'est une mesure qui vaut pour tout le monde", a confié Gilbert. "Cela a été imposé à l'organisation par les autorités françaises et elle ne pouvait que l'accepter. Nous devons faire attention et respecter notre bulle au maximum. Si nous faisons cela, il n'y aura aucun problème." (Belga)