Le Club Bruges a concédé une lourde défaite, 1-5, face à Manchester City, mardi, lors de la troisième journée de la Ligue des Champions. "Ce n'est pas une belle expérience comme entraîneur ou comme joueur, mais si nous tirons les bonnes leçons de ce match, nous en sortirons plus forts", a résumé l'entraîneur brugeois Philippe Clement en conférence de presse après le match.

Bruges a été en difficulté dès la première période, ne se montrant pratiquement pas dangereux durant les 45 premières périodes. "Nous n'avons pas créé assez, nous avons manqué de liens entre les lignes, soit parce que ce n'était pas assez bon, soit parce qu'il y avait des pertes de balle", a analysé Clement. "En seconde période, c'était mieux, nous avons eu plus d'opportunités, mais il fallait en profiter. Nous étions réalistes avant le match, nous savions qu'il existait une différence de qualité. Il fallait de la chance et une performance extraordinaire pour obtenir quelque chose. Je l'avais dit avant le match, c'est l'une des deux meilleures équipes du monde avec le Bayern."

null, iStock
null © iStock

Pour Clement, il est à présent important d'analyser le match. "Ce n'est pas une belle expérience comme entraîneur ou comme joueur, mais si nous tirons les bonnes leçons de ce match, nous en sortirons plus forts. Je peux comparer avec le match contre le PSG d'il y a deux ans: nous avions eu très difficile à l'aller (défaite 0-5, ndlr). Nous avions tiré les bonnes leçons en vue du retour (défaite 1-0 avec un penalty loupé, ndlr), mais aussi en vue de la saison suivante et de celle-ci", a déclaré Clement.

S'il ne souhaite pas révéler les premières leçons de ce match, il confie tout de même un point qui a attiré son attention. "Contre le PSG il y a quelques semaines, nous étions plus courageux au duel. Ici, cela nous a manqué par moments. Ce sera intéressant à analyser cela lors des prochains jours." La défense brugeoise a été bousculée notamment par Phil Foden, très remuant en pointe. "Mais c'est toute l'équipe de City qui est au top de la qualité. C'est une équipe qui prend tous les cadeaux que tu lui donnes. Mon équipe est très jeune. Seuls Simon Mignolet et Hans Vanaken ont déjà joué contre des adversaires de ce niveau. C'est normal que mes joueurs ont besoin de s'améliorer dans ce genre de matchs."

null, iStock
null © iStock

MIGNOLET: "CONTRAIREMENT AU PSG, MANCHESTER CITY A DE LA QIUALITE DANS TOUTE L'EQUIPE

Simon Mignolet s'est retourné à cinq reprises pour aller cherche le ballon dans son but, mardi, contre Manchester City. "Tu n'as pas besoin d'être plus déçu car tu prends cinq buts", a relativisé le gardien brugeois en conférence de presse après le match.

"Je savais avant le match qu'il y avait deux scenarios possibles. Soit tu gardes le 0 et tu peux espérer faire quelque chose avec un coup-franc ou une opportunité. Au plus longtemps tu gardes le 0-0, au plus la confiance grandit. Mais si tu prends deux buts en première période, cela devient dur. Nous savions que cela pouvait arriver. Nous devons tirer les leçons. Alors oui, je suis déçu d'avoir perdu, mais pas plus que si c'était 1 ou 2-0."

Bruges avait commencé la campagne par un beau partage 1-1 face au Paris Saint-Germain. Mardi, les Brugeois ont semblé impuissants. "Le match contre le PSG était complètement différent", analyse Mignolet. "City a de la qualité dans toute l'équipe. Tu ne peux pas te dire: on bloque les trois avants. Ici, toute l'équipe est dangereuse. Les avants bougeaient sans arrêt. Les deux backs (Cancelo et Walker, ndlr) ont marqué aujourd'hui, cela dit tout."

Bruges compte 4 points au classement et est désormais devancé par City (6). "Nous devons nous concentrer sur le match suivant, à Manchester. Trouver un plan. L'ambition reste d'essayer de gagner le prochain match et voir ce qui est possible avant la dernière journée. L'an passé, lors de la dernière journée contre la Lazio, nous pouvions nous qualifier pour la suite de la Ligue des Champions ou finir troisièmes. Je ne sais pas ici ce qui sera possible, nos adversaires sont forts."

Le Club Bruges a concédé une lourde défaite, 1-5, face à Manchester City, mardi, lors de la troisième journée de la Ligue des Champions. "Ce n'est pas une belle expérience comme entraîneur ou comme joueur, mais si nous tirons les bonnes leçons de ce match, nous en sortirons plus forts", a résumé l'entraîneur brugeois Philippe Clement en conférence de presse après le match. Bruges a été en difficulté dès la première période, ne se montrant pratiquement pas dangereux durant les 45 premières périodes. "Nous n'avons pas créé assez, nous avons manqué de liens entre les lignes, soit parce que ce n'était pas assez bon, soit parce qu'il y avait des pertes de balle", a analysé Clement. "En seconde période, c'était mieux, nous avons eu plus d'opportunités, mais il fallait en profiter. Nous étions réalistes avant le match, nous savions qu'il existait une différence de qualité. Il fallait de la chance et une performance extraordinaire pour obtenir quelque chose. Je l'avais dit avant le match, c'est l'une des deux meilleures équipes du monde avec le Bayern."Pour Clement, il est à présent important d'analyser le match. "Ce n'est pas une belle expérience comme entraîneur ou comme joueur, mais si nous tirons les bonnes leçons de ce match, nous en sortirons plus forts. Je peux comparer avec le match contre le PSG d'il y a deux ans: nous avions eu très difficile à l'aller (défaite 0-5, ndlr). Nous avions tiré les bonnes leçons en vue du retour (défaite 1-0 avec un penalty loupé, ndlr), mais aussi en vue de la saison suivante et de celle-ci", a déclaré Clement. S'il ne souhaite pas révéler les premières leçons de ce match, il confie tout de même un point qui a attiré son attention. "Contre le PSG il y a quelques semaines, nous étions plus courageux au duel. Ici, cela nous a manqué par moments. Ce sera intéressant à analyser cela lors des prochains jours." La défense brugeoise a été bousculée notamment par Phil Foden, très remuant en pointe. "Mais c'est toute l'équipe de City qui est au top de la qualité. C'est une équipe qui prend tous les cadeaux que tu lui donnes. Mon équipe est très jeune. Seuls Simon Mignolet et Hans Vanaken ont déjà joué contre des adversaires de ce niveau. C'est normal que mes joueurs ont besoin de s'améliorer dans ce genre de matchs."Simon Mignolet s'est retourné à cinq reprises pour aller cherche le ballon dans son but, mardi, contre Manchester City. "Tu n'as pas besoin d'être plus déçu car tu prends cinq buts", a relativisé le gardien brugeois en conférence de presse après le match."Je savais avant le match qu'il y avait deux scenarios possibles. Soit tu gardes le 0 et tu peux espérer faire quelque chose avec un coup-franc ou une opportunité. Au plus longtemps tu gardes le 0-0, au plus la confiance grandit. Mais si tu prends deux buts en première période, cela devient dur. Nous savions que cela pouvait arriver. Nous devons tirer les leçons. Alors oui, je suis déçu d'avoir perdu, mais pas plus que si c'était 1 ou 2-0."Bruges avait commencé la campagne par un beau partage 1-1 face au Paris Saint-Germain. Mardi, les Brugeois ont semblé impuissants. "Le match contre le PSG était complètement différent", analyse Mignolet. "City a de la qualité dans toute l'équipe. Tu ne peux pas te dire: on bloque les trois avants. Ici, toute l'équipe est dangereuse. Les avants bougeaient sans arrêt. Les deux backs (Cancelo et Walker, ndlr) ont marqué aujourd'hui, cela dit tout." Bruges compte 4 points au classement et est désormais devancé par City (6). "Nous devons nous concentrer sur le match suivant, à Manchester. Trouver un plan. L'ambition reste d'essayer de gagner le prochain match et voir ce qui est possible avant la dernière journée. L'an passé, lors de la dernière journée contre la Lazio, nous pouvions nous qualifier pour la suite de la Ligue des Champions ou finir troisièmes. Je ne sais pas ici ce qui sera possible, nos adversaires sont forts."