"On n'a pas assez créé d'occasions, mais les circonstances n'étaient pas faciles. C'est un terrain de quatrième provinciale ici. Ce n'est pas bon pour Bruges, ni pour le Standard qui veut également jouer au football. En seconde période, c'était plus du rugby que du football. Dans ces conditions spéciales, nous avons malgré tout créé assez pour mériter de gagner ce match", explique Clement, visiblement très irrité, au micro de la Pro League.

"On a un peu perdu la tête pendant quelques minutes à cause de l'état du terrain, mais aussi à cause des nombreuses fois où les joueurs du Standard tombaient sans qu'il y ait faute. Mes joueurs étaient un peu énervés mais après on a recommencé à jouer au foot et à se créer une grosse opportunité avec Ruud Vormer. En Belgique, les autres clubs ne veulent pas qu'on joue notre style de jeu et essayent tout pour nous empêcher de le faire", fustige-t-il.

"Nous en sommes à 30 matches joués en Belgique cette saison et on en a perdu qu'un seul, donc c'est pas mal", conclut-il.

"On n'a pas assez créé d'occasions, mais les circonstances n'étaient pas faciles. C'est un terrain de quatrième provinciale ici. Ce n'est pas bon pour Bruges, ni pour le Standard qui veut également jouer au football. En seconde période, c'était plus du rugby que du football. Dans ces conditions spéciales, nous avons malgré tout créé assez pour mériter de gagner ce match", explique Clement, visiblement très irrité, au micro de la Pro League. "On a un peu perdu la tête pendant quelques minutes à cause de l'état du terrain, mais aussi à cause des nombreuses fois où les joueurs du Standard tombaient sans qu'il y ait faute. Mes joueurs étaient un peu énervés mais après on a recommencé à jouer au foot et à se créer une grosse opportunité avec Ruud Vormer. En Belgique, les autres clubs ne veulent pas qu'on joue notre style de jeu et essayent tout pour nous empêcher de le faire", fustige-t-il."Nous en sommes à 30 matches joués en Belgique cette saison et on en a perdu qu'un seul, donc c'est pas mal", conclut-il.