Parfois, on sent ce qui va se passer des mois à l'avance. Comme dans le cas d'Ivan Leko. Le 15 janvier déjà, lors de la réception du Club, le nom de Philippe Clement circulait. Le Club soufflait le chaud et le froid quant à l'avenir du Croate. Celui-ci obtenait, certes, tout ce qu'il voulait : un nouveau préparateur physique, un nouveau coach des gardiens, un analyste vidéo, un autre site pour le stage... Mais ce soutien était moins franc qu'au début.
...