Dans une lettre ouverte, Peter Croonen explique que l'écart entre ses deux casquettes présidentielles est "trop important". "Une telle combinaison est inscrite dans les statuts pour tous les administrateurs et est donc systémique au sein de la Pro League. La réforme stratégique de 2022 devrait résoudre ce problème. Je fais un pas de côté afin de pouvoir suivre totalement mon coeur", indique Peter Croonen, qui se dit en faveur d'un président de la Pro League attaché à aucun club. "Je plaide pour un président indépendant, en plus d'administrateurs indépendants. Le besoin de changement ne s'arrête pas là". "Les dernières années ont été turbulentes", poursuit le dirigeant limbourgeois. "Opération mains propres, covid, droits médias, réforme fiscale... Le coefficient européen a baissé et les comptes sont dans le rouge. La tempête n'est pas finie, le travail n'est pas fini, comme on l'a douloureusement vu hier dans le domaine de la lutte contre le racisme", ajoute Croonen, qui se montre toutefois confiant pour l'avenir du football belge. "Je suis convaincu que le football belge est prêt à entreprendre les réformes stratégiques nécessaires dans les mois à venir. Je nous souhaite à tous, dirigeants de clubs, le courage et la vision pour faire de 2022 l'année qui changera la donne. Je fais un pas de côté pour suivre complètement mon coeur". (Belga)

Dans une lettre ouverte, Peter Croonen explique que l'écart entre ses deux casquettes présidentielles est "trop important". "Une telle combinaison est inscrite dans les statuts pour tous les administrateurs et est donc systémique au sein de la Pro League. La réforme stratégique de 2022 devrait résoudre ce problème. Je fais un pas de côté afin de pouvoir suivre totalement mon coeur", indique Peter Croonen, qui se dit en faveur d'un président de la Pro League attaché à aucun club. "Je plaide pour un président indépendant, en plus d'administrateurs indépendants. Le besoin de changement ne s'arrête pas là". "Les dernières années ont été turbulentes", poursuit le dirigeant limbourgeois. "Opération mains propres, covid, droits médias, réforme fiscale... Le coefficient européen a baissé et les comptes sont dans le rouge. La tempête n'est pas finie, le travail n'est pas fini, comme on l'a douloureusement vu hier dans le domaine de la lutte contre le racisme", ajoute Croonen, qui se montre toutefois confiant pour l'avenir du football belge. "Je suis convaincu que le football belge est prêt à entreprendre les réformes stratégiques nécessaires dans les mois à venir. Je nous souhaite à tous, dirigeants de clubs, le courage et la vision pour faire de 2022 l'année qui changera la donne. Je fais un pas de côté pour suivre complètement mon coeur". (Belga)