Ces opérations, initiées par le juge d'instruction de Bruxelles, ont été effectuées par la police judiciaire fédérale de Mons-Tournai à Mouscron (4), Celles (1) et Laeken (2), dans le cadre d'un dossier de faux et usages de faux, escroquerie et blanchiment lié à un club de football. Trois personnes ont été privées de liberté pour audition.

Enquête à l'Excel Mouscron

Les enquêteurs soupçonnent notamment de potentiels faux, usage de faux et escroquerie. Des sociétés étrangères auraient permis de camoufler le contrôle du club de Mouscron par un agent de joueur, P.Z, précise le communiqué. Mouscron est également suspecté d'avoir déposé de faux documents devant l'organe d'appel, la Cour belge d'arbitrage pour le sport, dans le cadre de son recours qui visait la décision de refus de la commission des licences.

L'enquête vise notamment à vérifier si ces manoeuvres présumées auraient permis à Mouscron d'avoir été illégitimement maintenu en D1A en ayant organisé une structure de contrôle du club via des sociétés offshore. Le second volet du dossier concerne des soupçons de blanchiment, ajoute le parquet fédéral.

Un maintien illégal ?

Le club hurlu est suspecté d'être soutenu par un financement illicite de plusieurs millions d'euros émanant de sociétés offshore. L'enquête a été ouverte en avril 2018. En juin 2018, y a été jointe la constitution de partie civile du KV Malines contre le club de Mouscron, précise encore le communiqué du parquet.

Ces opérations, initiées par le juge d'instruction de Bruxelles, ont été effectuées par la police judiciaire fédérale de Mons-Tournai à Mouscron (4), Celles (1) et Laeken (2), dans le cadre d'un dossier de faux et usages de faux, escroquerie et blanchiment lié à un club de football. Trois personnes ont été privées de liberté pour audition. Les enquêteurs soupçonnent notamment de potentiels faux, usage de faux et escroquerie. Des sociétés étrangères auraient permis de camoufler le contrôle du club de Mouscron par un agent de joueur, P.Z, précise le communiqué. Mouscron est également suspecté d'avoir déposé de faux documents devant l'organe d'appel, la Cour belge d'arbitrage pour le sport, dans le cadre de son recours qui visait la décision de refus de la commission des licences. L'enquête vise notamment à vérifier si ces manoeuvres présumées auraient permis à Mouscron d'avoir été illégitimement maintenu en D1A en ayant organisé une structure de contrôle du club via des sociétés offshore. Le second volet du dossier concerne des soupçons de blanchiment, ajoute le parquet fédéral. Le club hurlu est suspecté d'être soutenu par un financement illicite de plusieurs millions d'euros émanant de sociétés offshore. L'enquête a été ouverte en avril 2018. En juin 2018, y a été jointe la constitution de partie civile du KV Malines contre le club de Mouscron, précise encore le communiqué du parquet.