1. Il paraît que tu as eu une conversation décisive avec Peter Maes quelques jours avant que ton transfert pour Saint-Trond ne se finalise, alors que le club hésitait entre plusieurs profils. Un échange au cours duquel tu te serais imposé comme une évidence aux yeux du coach. C'est vrai?
...

1. Il paraît que tu as eu une conversation décisive avec Peter Maes quelques jours avant que ton transfert pour Saint-Trond ne se finalise, alors que le club hésitait entre plusieurs profils. Un échange au cours duquel tu te serais imposé comme une évidence aux yeux du coach. C'est vrai? C'est plutôt l'inverse qui s'est passé. On s'est longuement parlé au téléphone et le coach m'a expliqué ce qu'il attendait d'un attaquant. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais en gros, il voulait un attaquant d'expérience, qui connaisse le championnat et soit capable d'évoluer facilement dos au but. À partir de là, on a eu une discussion et on s'est rendu compte qu'on partageait la même vision du foot. Que je pourrais m'imbriquer facilement dans son schéma. Après, peut-être que le coach a été séduit par mon approche. Comme lui, je suis un gagnant. 2. C'est parce que Saint-Trond est venu aux nouvelles que tu t'es mis à envisager la possibilité d'un départ de Courtrai? Ou ça figurait déjà dans tes plans de changer d'air cet hiver? J'étais bien à Courtrai, mais l'ambiance était au changement. Il y avait beaucoup de joueurs libres, comme Julien De Sart, le départ annoncé du capitaine Hannes Van der Bruggen, celui confirmé de Christophe Lepoint... Et j'étais moi-même en fin de contrat en juin prochain. Comme d'autres, j'étais donc en discussion pour une prolongation, mais ça coinçait depuis un petit temps sur la durée de celle-ci. Mais les pourparlers étaient encore en cours quand Saint-Trond s'est manifesté. Ce que ça a changé, c'est qu'eux sont directement arrivés avec des certitudes et un contrat de deux ans et demi. C'était dans l'intérêt de tout le monde d'accepter cette offre. Pour moi, mais aussi pour Courtrai, qui a pu récupérer un peu d'argent sur un joueur qui serait parti gratuitement six mois plus tard. 3. Beaucoup de trentenaires comme toi ont parfois du mal à se recaser. Encore un peu plus en 2021, où la situation financière des clubs belges ne favorise pas la prise de risque. Signer un contrat de deux ans et demi, à bientôt 34 ans, c'est un soulagement? J'aime tellement le foot que je suis évidemment heureux, parce que je crois que j'ai encore quelques belles années devant moi. Le Covid a fait mal à beaucoup de joueurs et je suis conscient de faire partie des privilégiés. Après, je n'ai rien volé à personne, je pense que j'ai toujours été très professionnel, très fit, et que si à l'âge que j'ai aujourd'hui, il y a encore des clubs qui s'intéressent à moi, ce n'est pas le fruit du hasard. Cet hiver, j'aurais d'ailleurs pu aller en Turquie. Mais ça ne m'intéresse plus. À mon âge, ce qu'on veut, c'est se poser. 4. Ça ne t'a pas fait peur de t'engager dans la durée avec un club qui, au moment de ta signature, flirtait dangereusement avec la zone rouge? Non parce que j'ai tout de suite vu le potentiel qu'il y avait dans ce groupe. On sait que le premier objectif est de quitter cette zone. On a largement notre place en D1A. Je ne pense pas du tout à la D1B. D'autant que quand tu vois les installations d'un club comme Saint-Trond, tu comprends tout de suite que tu rejoins un club ambitieux, qui est prêt à se donner les moyens de réussir. C'était devenu plus flou à Courtrai ces derniers temps, beaucoup se demandent aujourd'hui dans quelle direction va aller le club. 5. C'est un kif pour un joueur technique comme toi de se dire qu'il évoluera désormais tous les quinze jours sur le synthétique du Stayen? Ce terrain, je le connaissais pour y avoir déjà joué quelques fois dans le passé. Mais ça ne veut pas dire que j'y suis déjà parfaitement adapté. J'ai beau avoir beaucoup joué sur des surfaces similaires dans le passé, le synthétique de Saint-Trond est différent parce qu'il est très rapide. Mais c'est vrai que cette surface convient bien à mon style.