Patrick Lefevere était en chemin pour le Portugal et se trouvait dans un avion quand il a vu la victoire d'Evenepoel. "Nous avions 50 minutes de retard et je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie que nous ayons été retardés. Quand j'ai vu son attaque, j'ai été impressionné. Schachmann est encore revenu, mais Remco a conservé un avantage. C'était une attaque tranchante. C'était une longue montée et quand Lopez est parti, tout le monde était à bloc. Mais Remco suivait et avait apparemment encore quelque chose dans les jambes. Thomas, Nibali et Kwiatkowski ne sont peut-être pas encore au sommet, mais il faut quand même le faire". "Je ne sais pas où cela va s'arrêter", a poursuivi Lefevere. "Ce n'est pas une "chose habituelle". Nous sommes encore en train de découvrir ses possibilités. L'année dernière, nous avons commencé prudemment. Lors du Tour de Romandie, il est retombé les pieds sur terre, mais à partir de mai, tout s'est très bien passé, avec d'abord le Tour de Belgique, puis durant l'été Saint-Sébastien où il a surpris ami et ennemi, et enfin le championnat d'Europe et le championnat du monde. Il a encore progressé cet l'hiver et ce que je vais dire peut sembler prétentieux, mais il n'est en fait même pas encore au top de sa forme. Il y a encore quelque chose qui manque. Il doit être affûté pour le Giro. D'ici au Giro, il peut encore perdre deux kilos. On ne peut pas commencer la saison affûté comme une lame de couteau". "Il a également envoyé récemment un message via Whatsapp : 'je pèse tellement maintenant, un kilo doit disparaître au Tour d'Algarve et encore deux à Liège et au Giro et là je serai présent'. Maintenant, il a encore un peu de réserve et à Budapest (lieu de départ du Giro, NDLR), il doit être au bon poids. Non, il n'est certainement pas en forme trop tôt. Le cyclisme a également évolué ces dernières années. Vous voyez maintenant que même les grands coureurs gagnent en février et sont toujours bons dans un grand tour. C'est différent d'auparavant. On dit que Thomas et Nibali ne sont pas encore en pleine forme, mais quand on voit qu'ils ont mis sur Twitter qu'ils se sont entraînés sur 250 km en janvier ou décembre, je me demande à quoi cela sert..." "Nous allons défendre ce maillot et nous espérons trouver un compagnon de route dans les prochains jours pour mener ce classement à bonne fin", a conclu Patrick Lefevere. (Belga)

Patrick Lefevere était en chemin pour le Portugal et se trouvait dans un avion quand il a vu la victoire d'Evenepoel. "Nous avions 50 minutes de retard et je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie que nous ayons été retardés. Quand j'ai vu son attaque, j'ai été impressionné. Schachmann est encore revenu, mais Remco a conservé un avantage. C'était une attaque tranchante. C'était une longue montée et quand Lopez est parti, tout le monde était à bloc. Mais Remco suivait et avait apparemment encore quelque chose dans les jambes. Thomas, Nibali et Kwiatkowski ne sont peut-être pas encore au sommet, mais il faut quand même le faire". "Je ne sais pas où cela va s'arrêter", a poursuivi Lefevere. "Ce n'est pas une "chose habituelle". Nous sommes encore en train de découvrir ses possibilités. L'année dernière, nous avons commencé prudemment. Lors du Tour de Romandie, il est retombé les pieds sur terre, mais à partir de mai, tout s'est très bien passé, avec d'abord le Tour de Belgique, puis durant l'été Saint-Sébastien où il a surpris ami et ennemi, et enfin le championnat d'Europe et le championnat du monde. Il a encore progressé cet l'hiver et ce que je vais dire peut sembler prétentieux, mais il n'est en fait même pas encore au top de sa forme. Il y a encore quelque chose qui manque. Il doit être affûté pour le Giro. D'ici au Giro, il peut encore perdre deux kilos. On ne peut pas commencer la saison affûté comme une lame de couteau". "Il a également envoyé récemment un message via Whatsapp : 'je pèse tellement maintenant, un kilo doit disparaître au Tour d'Algarve et encore deux à Liège et au Giro et là je serai présent'. Maintenant, il a encore un peu de réserve et à Budapest (lieu de départ du Giro, NDLR), il doit être au bon poids. Non, il n'est certainement pas en forme trop tôt. Le cyclisme a également évolué ces dernières années. Vous voyez maintenant que même les grands coureurs gagnent en février et sont toujours bons dans un grand tour. C'est différent d'auparavant. On dit que Thomas et Nibali ne sont pas encore en pleine forme, mais quand on voit qu'ils ont mis sur Twitter qu'ils se sont entraînés sur 250 km en janvier ou décembre, je me demande à quoi cela sert..." "Nous allons défendre ce maillot et nous espérons trouver un compagnon de route dans les prochains jours pour mener ce classement à bonne fin", a conclu Patrick Lefevere. (Belga)