Suite au titre du Cercle Bruges en D2 lors de la saison 1978-1979, La Gantoise d' Albert De Meester était favorite pour le deuxième billet montant, octroyé au terme du tour final auquel participaient également le SK Tongres, le FC Diest et le Sporting Hasselt. Gand se produisait régulièrement devant 10.000 spectateurs alors que le match Hasselt-Gand n'avait attiré que 2.000 personnes en championnat.
...

Suite au titre du Cercle Bruges en D2 lors de la saison 1978-1979, La Gantoise d' Albert De Meester était favorite pour le deuxième billet montant, octroyé au terme du tour final auquel participaient également le SK Tongres, le FC Diest et le Sporting Hasselt. Gand se produisait régulièrement devant 10.000 spectateurs alors que le match Hasselt-Gand n'avait attiré que 2.000 personnes en championnat. Lors de l'avant-dernière journée du tour final, Hasselt se déplaçait à Gand en leader. Après l'exclusion du gardien RogerHermans et du défenseur Marc Billen, son sort semblait scellé mais les neuf rescapés ont tenu bon, avec l'aide du gardien réserve Yves de Bellefroid, qui a disputé le match de sa vie. Quelques jours plus tard, le 31 mai 1979, 16.000 personnes se pressaient à Hasselt. L'équipe locale obtint un penalty, dans ce match très fermé. L'attaquant Jean Dachelet, un des trois Wallons d'une équipe formée avec des joueurs du cru, s'est chargé de sa conversion. Dachelet avait déclaré qu'il pouvait partir avant le début de ce tour final et selon les rumeurs, il avait signé un préaccord avec Gand. L'avant a tiré dans un coin, le gardien Helmut Brösch plongeant vers l'autre. À sa grande surprise, Hasselt accédait à la D1. Dachelet n'a pas rejoint Gand mais Berchem Sport. Hasselt a enrôlé trois Allemands parfaitement inconnus qui n'ont presque pas joué, deux jeunes Marocains - Larbi Hazam a été bon - et deux anciennes gloires : Peter Ressel, ancien joueur du Lierse et d'Anderlecht et Horst Blankenburg, l'ancienne icône de l'Ajax. Dans le courant de la saison, l'ancien grand joueur hongrois Karoly Kremer allait aussi passer à la caisse. L'équipe de Guy Mangelschots, l'entraîneur-miracle d'Hasselt, a débuté par deux victoires et deux nuls lors des cinq premiers matches, soit six sur dix puisqu'une victoire ne rapportait que deux points, mais les Limbourgeois n'ont plus pris que quatre unités dans les 29 matches suivants. À la mi-novembre, le club a engagé George Knobel au poste de conseiller technique, sur le conseil de Ressel, mais Mangelschots a été rétabli suite à une grève des joueurs. L'entraîneur donnait cours en journée et confiait la direction de l'entraînement matinal des rares professionnels à Blankenburg. Finalement, le club limbourgeois termina bon dernier dernier. Il n'a inscrit que 21 buts, en a encaissé 94 et n'a pris que dix points. Ça reste le plus mauvais bilan d'un club de D1 depuis l'introduction du professionnalisme en 1974.