Passé-présent: de la neige, pas du soleil

14/01/19 à 11:23 - Mise à jour à 11:23
Du Sport/Foot Magazine du 09/01/19

Hormis Courtrai, tous les clubs de D1A effectuent leur stage hivernal au soleil. Dans le temps, ça n'était pas toujours le cas.

Passé-présent: de la neige, pas du soleil

© P.G.

Le 6 janvier 2012, le RAEC Mons de Dennis van Wijk arrive à Blankenberge pour un stage de trois jours. Les images des premiers jours sont hallucinantes. C'est tout juste si la pluie battante et le vent ne balaient pas les joueurs de la digue. Il est impossible de jouer au football mais l'épreuve sert de team building.

Trois ans plus tôt, l'entraîneur français Albert Cartier a emmené Tubize, promu en D1, dans les Vosges, sa région natale. Notre magazine a envoyé un journaliste, qui est bloqué dans la neige et qui revient avec une histoire hallucinante.

Initialement, le club voulait aller en Turquie, comme la plupart des clubs de D1, mais c'était trop cher. Donc, au lieu de travailler les automatismes sur le terrain, Tubize a renforcé la solidarité et la résistance de ses footballeurs dans de rudes conditions hivernales. Cartier a conduit ses joueurs sur les pistes de ski et les sommets de sa jeunesse.

Pendant quatre jours, à l'aide de moniteurs, il a torturé ses joueurs, qui prenaient connaissance du programme de la journée le matin-même. Lever à sept heures trente, sortie à huit heures trente. Déjeuner en pleine nature, sous le gel, et retour à 22h30 au gîte. Après un souper sobre, les joueurs allaient se coucher, à trois par chambre.

Ils devaient faire leur lit et la vaisselle eux-mêmes, se faire du café. Il n'y avait pas dé télévision et le gsm était interdit en cours de journée. En revanche, il leur était permis de se parler et de jouer aux cartes, à une grande table commune.

Les deux Brésiliens avaient découvert la neige et le ski de fond. Une prise de connaissance accompagnée de maintes chutes. Après deux jours et demi, Cartier avait équipé ses joueurs de raquettes pour une solide promenade sous le blizzard, au soleil couchant, à la lueur de lampes de poche.

À 20h30, ils étaient arrivés dans une ferme. Le bus qui devait les ramener était bloqué à un kilomètre de là dans la neige. Le lendemain, le programme prévoyait une balade dans la neige, d'abord à skis jusqu'à un refuge de montagne puis à raquettes.

Le vendredi après-midi, les joueurs, épuisés, étaient retournés en Belgique, après un solide jogging dans la neige, en côte. À leur retour, ils n'ont plus eu de succès sportif. Cinq mois après cette aventure inoubliable, Tubize a été rétrogradé et Cartier remplacé au poste d'entraîneur par Felice Mazzù.

Nos partenaires