"Ce n'était pas facile de calmer les joueurs pendant la pause. J'avais également beaucoup de mal, mais je me suis repris", a expliqué Besnik Hasi, l'entraîneur des Mauves, à l'issue de rencontre Anderlecht s'est imposé 1-2 après prolongations.

La première période des Anderlechtois a été très difficile de l'aveu du coach anderlechtois. "C'était notre intention d'émerger dans les 15 à 20 premières minutes, mais nous avons très peu joué au football en première mi-temps", explique-t-il au micro de Sporza. "Nous conservions très peu le ballon et lorsqu'il était en notre possession, nous cherchions trop vite la profondeur."

Le retour des vestiaires a vu un Sporting bien plus solide émerger. "Nous avons bien évolué en deuxième mi-temps. Nous avons rapidement eu plusieurs opportunités et il y a eu ce tir de Najar qui a frappé le poteau. Nous avons grandi au cours de la rencontre et nous avons fait mal à l'Olympiakos, surtout sur la gauche."

L'entraîneur n'a pas voulu s'attarder sur les décisions douteuses de l'arbitre nord-irlandais Arnold Hunter, qui aurait logiquement dû brandir un bristol rouge à deux reprises à l'encontre des Grecs et leur a également accordé un penalty à la suite d'une faute de main inexistante.

Le recordman anderlechtois du nombre de rencontres européennes disputées Olivier Deschacht ne boudait lui pas son plaisir à l'issue des 120 minutes de jeu. "Je pense que cette qualification est méritée dans l'ensemble", a-t-il déclaré avant de rendre hommage à son capitaine et gardien. "Silvio Proto nous a gardés dans la rencontre à plusieurs reprises".

Le septuple champion de Belgique a également préféré passer outre la prestation du referee. "Nous avons gagné, nous n'allons pas trop nous plaindre de l'arbitrage maintenant."

"Ce n'était pas facile de calmer les joueurs pendant la pause. J'avais également beaucoup de mal, mais je me suis repris", a expliqué Besnik Hasi, l'entraîneur des Mauves, à l'issue de rencontre Anderlecht s'est imposé 1-2 après prolongations.La première période des Anderlechtois a été très difficile de l'aveu du coach anderlechtois. "C'était notre intention d'émerger dans les 15 à 20 premières minutes, mais nous avons très peu joué au football en première mi-temps", explique-t-il au micro de Sporza. "Nous conservions très peu le ballon et lorsqu'il était en notre possession, nous cherchions trop vite la profondeur." Le retour des vestiaires a vu un Sporting bien plus solide émerger. "Nous avons bien évolué en deuxième mi-temps. Nous avons rapidement eu plusieurs opportunités et il y a eu ce tir de Najar qui a frappé le poteau. Nous avons grandi au cours de la rencontre et nous avons fait mal à l'Olympiakos, surtout sur la gauche." L'entraîneur n'a pas voulu s'attarder sur les décisions douteuses de l'arbitre nord-irlandais Arnold Hunter, qui aurait logiquement dû brandir un bristol rouge à deux reprises à l'encontre des Grecs et leur a également accordé un penalty à la suite d'une faute de main inexistante. Le recordman anderlechtois du nombre de rencontres européennes disputées Olivier Deschacht ne boudait lui pas son plaisir à l'issue des 120 minutes de jeu. "Je pense que cette qualification est méritée dans l'ensemble", a-t-il déclaré avant de rendre hommage à son capitaine et gardien. "Silvio Proto nous a gardés dans la rencontre à plusieurs reprises". Le septuple champion de Belgique a également préféré passer outre la prestation du referee. "Nous avons gagné, nous n'allons pas trop nous plaindre de l'arbitrage maintenant."