Les espoirs grands pourtant pour Louis Croenen qui, placé au couloir 6, a cependant terminé 8e de la deuxième demi-finale dans un temps de 1:59.12. Il termine 15e. Le Hongrois Kristof Milak a été le plus rapide des demi-finales en 1:52.96. Louis Croenen avait en effet nagé le 6e temps des séries en 1:56.35, à un peu moins d'une seconde de son record de Belgique (1:55.39). Avec ce chrono, Louis Croenen a assuré le minimum pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 rejoignant dans cette liste Pieter Timmers (100m libre) et Fanny Lecluyse (100 et 200m brasse). Croenen espérait bien se qualifier pour sa seconde finale mondiale dans la discipline. Il y a quatre ans, un an avant les Jeux de Rio, il avait terminé 7e du 200 m papillon, devenant ainsi le premier nageur belge après Fred Deburghgraeve, à disputer une finale mondiale. Il y a deux ans, il n'était pas parvenu non plus à franchir ce stade des séries. Plus tôt dans l'après-midi, sur 200m libre, au couloir 8, Valentine Dumont a nagé en 1:58.78, à 43/100e seulement de son record de Belgique, prenant la 8e place de sa demi-finale et signant le 15e temps des 16 demi-finalistes. Le meilleur chrono a été réussi par l'Italienne Federica Pellegrini en 1:55.14. L'ondine namuroise avait réussi le 15e temps des séries en 1:59.11, elle qui possède le record de Belgique en 1:58.35 depuis juillet 2017. (Belga)