"Il revient en effet à nos représentants au Comité Exécutif de se prononcer de leur propre chef pour celui qu'ils jugent le plus apte à remplir la fonction. Ils ne sont en aucun cas obligés de se prononcer pour le même. La Pro League a confiance en leur jugement. En ce qui me concerne et pour la sérénité de cette élection je ne vais pas dire maintenant ce que ce nouveau président devra ou ne devra pas faire. La collaboration entre l'Union Belge et la Pro League fonctionne parfaitement depuis les réformes d'il y a deux ans. On se consulte régulièrement sur les thèmes principaux et il faut que cela continue, quel que soit le président élu samedi". Ce ne sera en tout cas pas le président sortant François De Keersmaecker qui a en effet décidé vendredi de ne pas briguer un septième mandat. Il s'apprête donc à quitter le poste qu'il aura occupé pendant onze ans. Son successeur sera l'ancien CEO ad-interim Gérard Linard, le président de l'aile francophone de la fédération (ACFF), qui a annoncé sa candidature mardi. Ou Gilbert Timmermans, le président de l'aile flamande (VFV), lequel l'a imité vendredi après de désistement de François De Keersmaecker. Le vote des huit "pros" fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre, les ligues linguistiques disposant chacune de sept voix qui devraient se porter sur "leur" président respectif. (Belga)

"Il revient en effet à nos représentants au Comité Exécutif de se prononcer de leur propre chef pour celui qu'ils jugent le plus apte à remplir la fonction. Ils ne sont en aucun cas obligés de se prononcer pour le même. La Pro League a confiance en leur jugement. En ce qui me concerne et pour la sérénité de cette élection je ne vais pas dire maintenant ce que ce nouveau président devra ou ne devra pas faire. La collaboration entre l'Union Belge et la Pro League fonctionne parfaitement depuis les réformes d'il y a deux ans. On se consulte régulièrement sur les thèmes principaux et il faut que cela continue, quel que soit le président élu samedi". Ce ne sera en tout cas pas le président sortant François De Keersmaecker qui a en effet décidé vendredi de ne pas briguer un septième mandat. Il s'apprête donc à quitter le poste qu'il aura occupé pendant onze ans. Son successeur sera l'ancien CEO ad-interim Gérard Linard, le président de l'aile francophone de la fédération (ACFF), qui a annoncé sa candidature mardi. Ou Gilbert Timmermans, le président de l'aile flamande (VFV), lequel l'a imité vendredi après de désistement de François De Keersmaecker. Le vote des huit "pros" fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre, les ligues linguistiques disposant chacune de sept voix qui devraient se porter sur "leur" président respectif. (Belga)