Le pilote saint-vithois avait parfaitement bien débuté le rallye italien en prenant la tête jeudi soir. Neuville a ensuite été victime de problèmes de transmission vendredi, provoquant sa chute au 9e rang du classement. Samedi, il avait bien entamé sa journée avec le 3e temps dans l'ES10 puis le 2e dans l'ES11. Dans la 12e spéciale, Neuville et son copilote Martijn Wydaeghe ont vu leur voiture se retrouver sur le flanc. Ils sont parvenus à remettre leur Hyundai sur la route et repartir avant de renoncer quelques kilomètres plus tard. Deuxième du championnat du monde et déjà distancé par le Finlandais Kalle Rovanperä, Neuville, qui a déjà remporté deux fois l'épreuve sarde, en 2016 et 2018, va réaliser une mauvaise opération comptable. La première spéciale du jour a vu l'abandon du Finlandais Esapekka Lappi, alors leader au volant de sa Toyota, après être parti à la faute. Il a heurté des rochers en bord de piste et perdu sa roue arrière gauche, ainsi que plusieurs éléments de sa suspension. Il n'a pas pu prendre le départ de l'ES11. L'Estonien Ott Tänak, équipier de Neuville chez Hyundai, a donc récupéré les commandes du rallye. Il compte, après la 12e spéciale, une marge de 29.8 secondes sur l'Irlandais Craig Breen (Ford) et de 40.4 sur l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai). (Belga)

Le pilote saint-vithois avait parfaitement bien débuté le rallye italien en prenant la tête jeudi soir. Neuville a ensuite été victime de problèmes de transmission vendredi, provoquant sa chute au 9e rang du classement. Samedi, il avait bien entamé sa journée avec le 3e temps dans l'ES10 puis le 2e dans l'ES11. Dans la 12e spéciale, Neuville et son copilote Martijn Wydaeghe ont vu leur voiture se retrouver sur le flanc. Ils sont parvenus à remettre leur Hyundai sur la route et repartir avant de renoncer quelques kilomètres plus tard. Deuxième du championnat du monde et déjà distancé par le Finlandais Kalle Rovanperä, Neuville, qui a déjà remporté deux fois l'épreuve sarde, en 2016 et 2018, va réaliser une mauvaise opération comptable. La première spéciale du jour a vu l'abandon du Finlandais Esapekka Lappi, alors leader au volant de sa Toyota, après être parti à la faute. Il a heurté des rochers en bord de piste et perdu sa roue arrière gauche, ainsi que plusieurs éléments de sa suspension. Il n'a pas pu prendre le départ de l'ES11. L'Estonien Ott Tänak, équipier de Neuville chez Hyundai, a donc récupéré les commandes du rallye. Il compte, après la 12e spéciale, une marge de 29.8 secondes sur l'Irlandais Craig Breen (Ford) et de 40.4 sur l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai). (Belga)