"C'est très étrange de monter pour la dernière fois sur le podium comme coureur. Au moment où j'ai décidé de raccrocher après Roubaix, je n'ai jamais pensé qu'il y aurait un tel engouement. Le départ du "Ronde" à Anvers a été incroyable et après il y a eu le départ du GP de l'Escaut à Mol (chez lui, ndlr). Ce furent des expériences particulières et là maintenant j'aborde mon dernier Paris-Roubaix. Je n'étais pas conscient qu'il aurait autant d'attention autour de moi et qu'elle serait aussi grande. Mais finalement, ces dernières semaines furent bonnes. A part cette maladie (gastro, ndlr) lors du week-end d'ouverture, et quelques chutes sans gravité, ma préparation s'est déroulée de manière presque parfaite." "Il y a eu une grosse pression ces dernières semaines. Je suis content que Paris-Roubaix arrive demain et que je peux le courir. J'ai tout fait pour être bon ici. Je suis plus fort que l'an dernier. J'ignore de combien. Il serait logique que je réalise un meilleur résultat (il avait terminé 2e battu au sprint par Mathew Hayman, ndlr), mais en course, ce n'est pas toujours la logique qui est respectée. Ce n'est pas parce qu'on est plus fort que l'on gagne. Je viens ici pour gagner. C'est Roubaix. Tout peut arriver. Vais-je être ému ? Jusqu'à maintenant tout va bien. Je ne sais pas comment cela ira demain. Je ne me suis pas encore trop occupé avec le fait que c'est ma dernière course. La concentration doit demeurer. Je pense que ce sera spécial après l'arrivée", a conclu Tom Boonen. (Belga)

"C'est très étrange de monter pour la dernière fois sur le podium comme coureur. Au moment où j'ai décidé de raccrocher après Roubaix, je n'ai jamais pensé qu'il y aurait un tel engouement. Le départ du "Ronde" à Anvers a été incroyable et après il y a eu le départ du GP de l'Escaut à Mol (chez lui, ndlr). Ce furent des expériences particulières et là maintenant j'aborde mon dernier Paris-Roubaix. Je n'étais pas conscient qu'il aurait autant d'attention autour de moi et qu'elle serait aussi grande. Mais finalement, ces dernières semaines furent bonnes. A part cette maladie (gastro, ndlr) lors du week-end d'ouverture, et quelques chutes sans gravité, ma préparation s'est déroulée de manière presque parfaite." "Il y a eu une grosse pression ces dernières semaines. Je suis content que Paris-Roubaix arrive demain et que je peux le courir. J'ai tout fait pour être bon ici. Je suis plus fort que l'an dernier. J'ignore de combien. Il serait logique que je réalise un meilleur résultat (il avait terminé 2e battu au sprint par Mathew Hayman, ndlr), mais en course, ce n'est pas toujours la logique qui est respectée. Ce n'est pas parce qu'on est plus fort que l'on gagne. Je viens ici pour gagner. C'est Roubaix. Tout peut arriver. Vais-je être ému ? Jusqu'à maintenant tout va bien. Je ne sais pas comment cela ira demain. Je ne me suis pas encore trop occupé avec le fait que c'est ma dernière course. La concentration doit demeurer. Je pense que ce sera spécial après l'arrivée", a conclu Tom Boonen. (Belga)