Sagan, qui disputera l'épreuve pour la huitième fois depuis sa première participation en 2010, a reconnu les célèbres pavés de l'Enfer du Nord en compagnie de ses équipiers (les mêmes que l'an dernier, on ne change pas une équipe qui gagne, ndlr). Ils ont roulé 107 kilomètres entre Denain et le célèbre vélodrome de Roubaix, où le Slovaque s'est abstenu d'effectuer un tour piste en raison des nombreux supporters et journalistes qui l'attendaient. Il ne se s'est ensuite pas montré très bavard devant la presse. "Que voulez vous savoir ?", a-t-il demandé. "Des pavés, ce sont des pavés. Rouler dessus n'est pas forcément ce qu'il y a de plus agréable. C'était une bonne reconnaissance, par temps sec, et tout est maintenant bien au frais dans ma mémoire..." "Gagner deux fois de suite serait bien", a-t-il poursuivi, "mais je n'y pense pas, ou plutôt je ne veux pas y penser maintenant. Beaucoup de choses peuvent se passer à Paris-Roubaix. J'y ai souvent été très malchanceux par le passé, avant de m'imposer l'année dernière. On verra bien ce qui arrive cette fois, dimanche..." (Belga)

Sagan, qui disputera l'épreuve pour la huitième fois depuis sa première participation en 2010, a reconnu les célèbres pavés de l'Enfer du Nord en compagnie de ses équipiers (les mêmes que l'an dernier, on ne change pas une équipe qui gagne, ndlr). Ils ont roulé 107 kilomètres entre Denain et le célèbre vélodrome de Roubaix, où le Slovaque s'est abstenu d'effectuer un tour piste en raison des nombreux supporters et journalistes qui l'attendaient. Il ne se s'est ensuite pas montré très bavard devant la presse. "Que voulez vous savoir ?", a-t-il demandé. "Des pavés, ce sont des pavés. Rouler dessus n'est pas forcément ce qu'il y a de plus agréable. C'était une bonne reconnaissance, par temps sec, et tout est maintenant bien au frais dans ma mémoire..." "Gagner deux fois de suite serait bien", a-t-il poursuivi, "mais je n'y pense pas, ou plutôt je ne veux pas y penser maintenant. Beaucoup de choses peuvent se passer à Paris-Roubaix. J'y ai souvent été très malchanceux par le passé, avant de m'imposer l'année dernière. On verra bien ce qui arrive cette fois, dimanche..." (Belga)