Les Hurlus continuent à alterner les performances sans aligner une série de succès qui les mettrait à l'abri du danger. Ainsi, après avoir atomisé Anderlecht, champion en titre, le RMP a chuté au Cercle de Bruges (2-1) qui est engagé jusqu'au cou dans la lutte pour le maintien. Le coach de Mouscron avait pourtant prévenu ses gars de l'impérieuse nécessité de revenir les pieds sur terre. Rachid Chihab ne cesse de le marteler depuis le début du championnat: rester en D1 est l'objectif numéro 1.

Son équipe a raté le coche au CS Bruges à l'exception d'Abdoulay Diaby, meilleur réalisateur de D1, qui a signé son 12ème but de la saison. A ce rythme-là, fait de brio et de pâleur, on finira par se demander si cette équipe ne joue pas à la carte. C'est le danger quand les joueurs doivent se mettre en évidence alors que le club aura un nouvel actionnaire principal la saison prochaine.

La société de marketing Sport Vision Associés, fondée en 2007 par Jean-Luc Gripond et Marc Loisson, garde la main. L'accord serait imminent mais il reste sûrement à savoir ce que SportVision recevra en plus des 51% de parts de Lille qui vaudraient dit-on, tout au plus 1,5 millions d'euros. Avant de s'avancer plus loin, Sport Vision attend probablement que les Hurlus soient sauvés. Pour 51% des parts, Sport Vision héritera-t-il alors un club de D1 mais d'une coquille vide, dans la mesure où le gros du vestiaire appartient à Lille qui paye ces joueurs?

Les meilleurs retourneront-ils au LOSC ou seront-ils monnayés sur le marché des transferts? En cas de bonnes ventes, comment seront partagés les bénéfices entre Lille, le RMP et, éventuellement, Sport Vision. Les temps sont durs et la cote financière des joueurs est plus que fluctuante car la crise frappe les clubs de plus en plus désargentés. Que valent les hommes forts de l'Excelsior? Les agents de joueurs sont dubitatifs. Diaby figure au centre des attentions mais son transfert ne dépasserait pas le plafond d'un million d'euros. De plus, Diaby souhaite saisir sa chance à Lille qui le recruta à Sedan avant de le prêter au RMP. Diaby est prêt pour cette nouvelle aventure.

Steeven Langil, Julian Michel, Anice Badri et Kevin Vandendriessche intéresseront quelques clubs qui ne franchiront pas la barre des 500.000 euros pour l'un d'eux. Vandendriessche est le porte-drapeau du RMP et Besnik Hasi se méfiait de ce baroudeur comme de la peste. Beau compliment mais la vente des bijoux de famille rapportera tout au plus 2,5 millions d'euros. Gripond, le fondateur de Sport Vision, a envie de s'offrir le RMP, a une expérience de président de club (Nantes 2001-2005) où il bouscula souvent les effectifs et les staffs techniques, sans succès probants, avant que Dassault ne rachète les Canaris et le prie de se retirer. Mouscron n'est pas Nantes mais Gripond est décidé à boucler le dossier dès que les Hurlus seront certains de rester en D1.

Par Pierre Bilic

Les Hurlus continuent à alterner les performances sans aligner une série de succès qui les mettrait à l'abri du danger. Ainsi, après avoir atomisé Anderlecht, champion en titre, le RMP a chuté au Cercle de Bruges (2-1) qui est engagé jusqu'au cou dans la lutte pour le maintien. Le coach de Mouscron avait pourtant prévenu ses gars de l'impérieuse nécessité de revenir les pieds sur terre. Rachid Chihab ne cesse de le marteler depuis le début du championnat: rester en D1 est l'objectif numéro 1. Son équipe a raté le coche au CS Bruges à l'exception d'Abdoulay Diaby, meilleur réalisateur de D1, qui a signé son 12ème but de la saison. A ce rythme-là, fait de brio et de pâleur, on finira par se demander si cette équipe ne joue pas à la carte. C'est le danger quand les joueurs doivent se mettre en évidence alors que le club aura un nouvel actionnaire principal la saison prochaine. La société de marketing Sport Vision Associés, fondée en 2007 par Jean-Luc Gripond et Marc Loisson, garde la main. L'accord serait imminent mais il reste sûrement à savoir ce que SportVision recevra en plus des 51% de parts de Lille qui vaudraient dit-on, tout au plus 1,5 millions d'euros. Avant de s'avancer plus loin, Sport Vision attend probablement que les Hurlus soient sauvés. Pour 51% des parts, Sport Vision héritera-t-il alors un club de D1 mais d'une coquille vide, dans la mesure où le gros du vestiaire appartient à Lille qui paye ces joueurs? Les meilleurs retourneront-ils au LOSC ou seront-ils monnayés sur le marché des transferts? En cas de bonnes ventes, comment seront partagés les bénéfices entre Lille, le RMP et, éventuellement, Sport Vision. Les temps sont durs et la cote financière des joueurs est plus que fluctuante car la crise frappe les clubs de plus en plus désargentés. Que valent les hommes forts de l'Excelsior? Les agents de joueurs sont dubitatifs. Diaby figure au centre des attentions mais son transfert ne dépasserait pas le plafond d'un million d'euros. De plus, Diaby souhaite saisir sa chance à Lille qui le recruta à Sedan avant de le prêter au RMP. Diaby est prêt pour cette nouvelle aventure. Steeven Langil, Julian Michel, Anice Badri et Kevin Vandendriessche intéresseront quelques clubs qui ne franchiront pas la barre des 500.000 euros pour l'un d'eux. Vandendriessche est le porte-drapeau du RMP et Besnik Hasi se méfiait de ce baroudeur comme de la peste. Beau compliment mais la vente des bijoux de famille rapportera tout au plus 2,5 millions d'euros. Gripond, le fondateur de Sport Vision, a envie de s'offrir le RMP, a une expérience de président de club (Nantes 2001-2005) où il bouscula souvent les effectifs et les staffs techniques, sans succès probants, avant que Dassault ne rachète les Canaris et le prie de se retirer. Mouscron n'est pas Nantes mais Gripond est décidé à boucler le dossier dès que les Hurlus seront certains de rester en D1.Par Pierre Bilic