Dennis Van Wijk était arrivé à Ostende début janvier pour prendre la succession du Norvégien Käre Ingebrigtsen, parti à l'APOEL Nicosie, qui l'a depuis limogé. Le coach néerlando-belge de 57 ans n'est cependant pas parvenu à sortir le KVO de la zone rouge. Battu 3-1 par l'Antwerp samedi, Ostende est 15e et avant-dernier de la Division 1A, avec 2 points d'avance sur la lanterne rouge, Waasland-Beveren, alors qu'il reste deux matches à jouer dans la phase classique du championnat. "Nous devons reconnaître que la mayonnaise n'a pas pris, avec 4 points sur 21", indique le président ostendais Frank Dierckens sur le site du club. "Nous avions deux options: continuer et espérer prendre des points dans les deux derniers matches ou agir pour inverser la tendance. Nous avons opté pour cette dernière solution. Je ne peux rien reprocher à Dennis en ce qui concerne son investissement et nous lui sommes reconnaissants d'avoir accepté cette mission, mais si le résultat et le jeu ne sont pas conformes à nos attentes, il faut oser faire un choix et c'est ce que nous avons fait. Maintenant, c'est aux joueurs de tout faire dans les deux prochains matches pour assurer le maintien". L'identité du nouveau coach d'Ostende sera dévoilée "sous peu" selon le club. Il s'agissait du troisième passage de Dennis Van Wijk sur le banc ostendais. Il avait fait monter Ostende en D1 en 1998 lors de son premier passage (1996-1998) et avait de nouveau entraîné le KVO en 2007. Après la promotion d'Ostende en D1 en 1998, Dennis Van Wijk avait aussi fait monter Roulers (2005), Mons (2011), Charleroi (2012) et Westerlo (2014). Van Wijk a aussi officié au Cercle de Bruges, à Saint-Trond, à l'Antwerp, au Beerschot Wilrijk et à l'OHL. (Belga)

Dennis Van Wijk était arrivé à Ostende début janvier pour prendre la succession du Norvégien Käre Ingebrigtsen, parti à l'APOEL Nicosie, qui l'a depuis limogé. Le coach néerlando-belge de 57 ans n'est cependant pas parvenu à sortir le KVO de la zone rouge. Battu 3-1 par l'Antwerp samedi, Ostende est 15e et avant-dernier de la Division 1A, avec 2 points d'avance sur la lanterne rouge, Waasland-Beveren, alors qu'il reste deux matches à jouer dans la phase classique du championnat. "Nous devons reconnaître que la mayonnaise n'a pas pris, avec 4 points sur 21", indique le président ostendais Frank Dierckens sur le site du club. "Nous avions deux options: continuer et espérer prendre des points dans les deux derniers matches ou agir pour inverser la tendance. Nous avons opté pour cette dernière solution. Je ne peux rien reprocher à Dennis en ce qui concerne son investissement et nous lui sommes reconnaissants d'avoir accepté cette mission, mais si le résultat et le jeu ne sont pas conformes à nos attentes, il faut oser faire un choix et c'est ce que nous avons fait. Maintenant, c'est aux joueurs de tout faire dans les deux prochains matches pour assurer le maintien". L'identité du nouveau coach d'Ostende sera dévoilée "sous peu" selon le club. Il s'agissait du troisième passage de Dennis Van Wijk sur le banc ostendais. Il avait fait monter Ostende en D1 en 1998 lors de son premier passage (1996-1998) et avait de nouveau entraîné le KVO en 2007. Après la promotion d'Ostende en D1 en 1998, Dennis Van Wijk avait aussi fait monter Roulers (2005), Mons (2011), Charleroi (2012) et Westerlo (2014). Van Wijk a aussi officié au Cercle de Bruges, à Saint-Trond, à l'Antwerp, au Beerschot Wilrijk et à l'OHL. (Belga)