La police ostendaise, appelée dans la nuit de samedi à dimanche en raison de nuisances sonores, a mis fin à une fête clandestine organisée dans l'appartement de Fabrice Ondoa. Il s'est avéré qu'une dizaine de personnes ne respectaient pas les mesures en vigueur pour lutter contre le coronavirus. La police a dressé onze procès-verbaux.

"En tant que club de football, nous ne pouvons pas tolérer un tel comportement égoïste et irresponsable", a déclaré Gauthier Ganaye, le CEO des Kustboys. "Nous n'avons pas encore eu d'infection au Covid-19 et nous faisons tout pour que cela reste comme ça. C'est pourquoi nous rappelons sans cesse à nos joueurs leurs responsabilités. Nous sommes obligés d'engager une procédure de licenciement à l'encontre de Fabrice Ondoa."

Arrivé à Ostende en juillet 2018, Ondoa a disputé 30 matches avec le KVO mais n'a pas encore joué le moindre match cette saison, barré par Guillaume Hubert.

La police ostendaise, appelée dans la nuit de samedi à dimanche en raison de nuisances sonores, a mis fin à une fête clandestine organisée dans l'appartement de Fabrice Ondoa. Il s'est avéré qu'une dizaine de personnes ne respectaient pas les mesures en vigueur pour lutter contre le coronavirus. La police a dressé onze procès-verbaux. "En tant que club de football, nous ne pouvons pas tolérer un tel comportement égoïste et irresponsable", a déclaré Gauthier Ganaye, le CEO des Kustboys. "Nous n'avons pas encore eu d'infection au Covid-19 et nous faisons tout pour que cela reste comme ça. C'est pourquoi nous rappelons sans cesse à nos joueurs leurs responsabilités. Nous sommes obligés d'engager une procédure de licenciement à l'encontre de Fabrice Ondoa." Arrivé à Ostende en juillet 2018, Ondoa a disputé 30 matches avec le KVO mais n'a pas encore joué le moindre match cette saison, barré par Guillaume Hubert.