À l'issue d'un premier set très accroché, Zizou Bergs a en effet dû appeler le kiné pour se faire masser cuisses et mollets. Il est même revenu par la suite, à l'un ou l'autre changement de côté. Malheureusement, cela n'a pas suffi. "Cela m'est déjà arrivé, mais franchement ici, j'étais bien préparé. Je savais qu'il allait faire chaud et à l'entraînement, tout s'était bien passé. Je ne comprends pas", expliqua le natif de Lommel, qui tient son prénom de Zinedine Zidane. "J'avais des vertiges aussi, mais j'ai essayé de m'accrocher. Cela m'a obligé à forcer un peu, d'autant qu'il ramène beaucoup de balles. J'ai fait service-volée sur tous les points et cela a failli me permettre d'arracher le tie-break. Qui sait alors ce qui aurait pu se passer ? " Doté d'un grand service et d'un excellent coup droit, Zizou Bergs possède en tout cas un certain potentiel. "Mon idole, quand j'étais plus petit, c'était Andy Roddick. Oui, de là le service", sourit-il. "Maintenant, il ne joue plus et c'est plutôt vers un joueur comme Tsonga que je me suis tourné. J'espère faire carrière et atteindre un jour le Top 100. Mais je sais que le chemin est encore long et qu'il faudra beaucoup travailler", conclut-il. (Belga)

À l'issue d'un premier set très accroché, Zizou Bergs a en effet dû appeler le kiné pour se faire masser cuisses et mollets. Il est même revenu par la suite, à l'un ou l'autre changement de côté. Malheureusement, cela n'a pas suffi. "Cela m'est déjà arrivé, mais franchement ici, j'étais bien préparé. Je savais qu'il allait faire chaud et à l'entraînement, tout s'était bien passé. Je ne comprends pas", expliqua le natif de Lommel, qui tient son prénom de Zinedine Zidane. "J'avais des vertiges aussi, mais j'ai essayé de m'accrocher. Cela m'a obligé à forcer un peu, d'autant qu'il ramène beaucoup de balles. J'ai fait service-volée sur tous les points et cela a failli me permettre d'arracher le tie-break. Qui sait alors ce qui aurait pu se passer ? " Doté d'un grand service et d'un excellent coup droit, Zizou Bergs possède en tout cas un certain potentiel. "Mon idole, quand j'étais plus petit, c'était Andy Roddick. Oui, de là le service", sourit-il. "Maintenant, il ne joue plus et c'est plutôt vers un joueur comme Tsonga que je me suis tourné. J'espère faire carrière et atteindre un jour le Top 100. Mais je sais que le chemin est encore long et qu'il faudra beaucoup travailler", conclut-il. (Belga)