La troisième fois aura été la bonne pour Joachim Gérard, qui avait perdu ses deux précédentes demi-finales en Grand Chelem. Dans un match qui fut aussi une bataille de nerfs, le Brabançon a réussi à faire la différence par la qualité de son service - 10 aces - et la précision de son revers long de ligne, même s'il passa tout près de galvauder un avantage de 4-0 dans le dernier set. "J'ai été envahi par la peur de gagner", raconta-t-il. "A 4-1, je n'ai plus fait que pousser la balle. Je ne bougeais plus et j'ai permis à Stéphane de revenir dans le match. Heureusement, je me suis rebiffé à temps à 4-3 pour reprendre les commandes. J'ai plus d'armes que Stéphane, mais il fallait que je sois plus incisif." Samedi, pour sa toute première finale à l'Australian, Joachim Gérard défiera le Britannique Gordon Reid (ITF 5), 24 ans, tombeur au premier tour de l'empereur de la discipline, le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1). Lors de la deuxième demi-finale, Reid s'est en effet débarrassé 6-3, 6-7 (6/8) et 9-7 de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 6), partenaire de Gérard en double. "Gordon est un très bon joueur. Il m'a encore battu la semaine dernière à l'Open de Melbourne. C'est quelqu'un de très calme, qui a une bonne main. En outre, il est un gaucher, ce qui est plus ennuyeux. Je ne sais pas à qui on peut le comparer. Et moi? Vu ma bonne technique, je dirais peut-être Federer", sourit-il. "Maintenant, je vous rassure, je joue nettement moins bien que lui." . (Belga)

La troisième fois aura été la bonne pour Joachim Gérard, qui avait perdu ses deux précédentes demi-finales en Grand Chelem. Dans un match qui fut aussi une bataille de nerfs, le Brabançon a réussi à faire la différence par la qualité de son service - 10 aces - et la précision de son revers long de ligne, même s'il passa tout près de galvauder un avantage de 4-0 dans le dernier set. "J'ai été envahi par la peur de gagner", raconta-t-il. "A 4-1, je n'ai plus fait que pousser la balle. Je ne bougeais plus et j'ai permis à Stéphane de revenir dans le match. Heureusement, je me suis rebiffé à temps à 4-3 pour reprendre les commandes. J'ai plus d'armes que Stéphane, mais il fallait que je sois plus incisif." Samedi, pour sa toute première finale à l'Australian, Joachim Gérard défiera le Britannique Gordon Reid (ITF 5), 24 ans, tombeur au premier tour de l'empereur de la discipline, le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1). Lors de la deuxième demi-finale, Reid s'est en effet débarrassé 6-3, 6-7 (6/8) et 9-7 de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 6), partenaire de Gérard en double. "Gordon est un très bon joueur. Il m'a encore battu la semaine dernière à l'Open de Melbourne. C'est quelqu'un de très calme, qui a une bonne main. En outre, il est un gaucher, ce qui est plus ennuyeux. Je ne sais pas à qui on peut le comparer. Et moi? Vu ma bonne technique, je dirais peut-être Federer", sourit-il. "Maintenant, je vous rassure, je joue nettement moins bien que lui." . (Belga)