Il s'agira de la deuxième confrontation sur le circuit entre David Goffin et Radek Stepanek. Et la première rappelle un excellent souvenir au n°1 belge, puisqu'elle date de sa folle épopée à Roland Garros en 2012, où il s'était hissée jusqu'en huitièmes de finale. "Radek revient bien. Il doit repasser par les qualifications, mais il s'en extirpe toujours facilement. Il va certainement retrouver le Top 100. Il joue à un très bon niveau. Il sent très bien la balle, il est très agressif, il a une excellente volée. Je vais essayer de jouer vite, de le bousculer. On verra comment cela se passe." Après avoir sué la veille au premier tour, David Goffin s'est préparé tranquillement, mercredi. Il a tapé la balle une petite heure, en début d'après-midi, avec l'Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 31). Et il sera prêt. "J'ai peut-être joué près de trois heures contre Opelka, mais c'est plus mentalement que physiquement que c'était difficile, car il n'y avait pas beaucoup d'échanges. Il fallait rester très concentré, car cela pouvait tourner très vite. Et la chaleur m'a plus perturbé parce que les balles étaient vives et difficiles à contrôler. Il faudra que je réagisse vite entre les frappes contre Radek, mais je pense avoir les armes pour continuer dans le tournoi", conclut-il. (Belga)

Il s'agira de la deuxième confrontation sur le circuit entre David Goffin et Radek Stepanek. Et la première rappelle un excellent souvenir au n°1 belge, puisqu'elle date de sa folle épopée à Roland Garros en 2012, où il s'était hissée jusqu'en huitièmes de finale. "Radek revient bien. Il doit repasser par les qualifications, mais il s'en extirpe toujours facilement. Il va certainement retrouver le Top 100. Il joue à un très bon niveau. Il sent très bien la balle, il est très agressif, il a une excellente volée. Je vais essayer de jouer vite, de le bousculer. On verra comment cela se passe." Après avoir sué la veille au premier tour, David Goffin s'est préparé tranquillement, mercredi. Il a tapé la balle une petite heure, en début d'après-midi, avec l'Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 31). Et il sera prêt. "J'ai peut-être joué près de trois heures contre Opelka, mais c'est plus mentalement que physiquement que c'était difficile, car il n'y avait pas beaucoup d'échanges. Il fallait rester très concentré, car cela pouvait tourner très vite. Et la chaleur m'a plus perturbé parce que les balles étaient vives et difficiles à contrôler. Il faudra que je réagisse vite entre les frappes contre Radek, mais je pense avoir les armes pour continuer dans le tournoi", conclut-il. (Belga)