Il s'agissait du deuxième huitième de finale consécutif de David Goffin à Melbourne. L'an dernier, il n'avait pas eu voix au chapitre contre Roger Federer. Cette fois, il a saisi sa chance contre Dominic Thiem, se montrant d'une résistance à toute épreuve face aux coups de boutoir du jeune Viennois, qu'il a fini par pousser à commettre 58 fautes directes. "La clé, c'est que j'ai vraiment bien servi. Cela m'a permis de rester dans le match dans le deuxième set. Dominic jouait avec une telle intensité que c'est vraiment difficile. J'ai livré un très bon tie-break et après j'ai été très solide. Il le fallait car c'est impossible de frapper la balle plus fort que lui. A partir du troisième set, j'ai réussi à jouer plus long et à être plus agressif aussi. Et lui a commencé à rater. Et à la fin, il a beaucoup raté." Mercredi, pour son deuxième quart de finale en Grand Chelem après celui perdu au printemps dernier à Roland Garros, David Goffin affrontera le vainqueur du match entre le Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 15) et l'Ouzbek Denis Istomin (ATP 117), l'homme qui a fait chuter Novak Djokovic (ATP 2), le sextuple vainqueur, au deuxième tour. "Grigor joue de manière remarquable depuis le début de la saison. Il a gagné le très huppé tournoi ATP 250 de Brisbane et il a été très solide jusqu'à présent. Istomin, lui, il joue du feu de Dieu. Il a battu Djokovic et après il a enchaîné en battant Carreno Busta. Il faut être très concentré contre Carreno Busta. Je vais surtout essayer de penser au match et pas aux éventuelles conséquences", conclut-il. (Belga)

Il s'agissait du deuxième huitième de finale consécutif de David Goffin à Melbourne. L'an dernier, il n'avait pas eu voix au chapitre contre Roger Federer. Cette fois, il a saisi sa chance contre Dominic Thiem, se montrant d'une résistance à toute épreuve face aux coups de boutoir du jeune Viennois, qu'il a fini par pousser à commettre 58 fautes directes. "La clé, c'est que j'ai vraiment bien servi. Cela m'a permis de rester dans le match dans le deuxième set. Dominic jouait avec une telle intensité que c'est vraiment difficile. J'ai livré un très bon tie-break et après j'ai été très solide. Il le fallait car c'est impossible de frapper la balle plus fort que lui. A partir du troisième set, j'ai réussi à jouer plus long et à être plus agressif aussi. Et lui a commencé à rater. Et à la fin, il a beaucoup raté." Mercredi, pour son deuxième quart de finale en Grand Chelem après celui perdu au printemps dernier à Roland Garros, David Goffin affrontera le vainqueur du match entre le Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 15) et l'Ouzbek Denis Istomin (ATP 117), l'homme qui a fait chuter Novak Djokovic (ATP 2), le sextuple vainqueur, au deuxième tour. "Grigor joue de manière remarquable depuis le début de la saison. Il a gagné le très huppé tournoi ATP 250 de Brisbane et il a été très solide jusqu'à présent. Istomin, lui, il joue du feu de Dieu. Il a battu Djokovic et après il a enchaîné en battant Carreno Busta. Il faut être très concentré contre Carreno Busta. Je vais surtout essayer de penser au match et pas aux éventuelles conséquences", conclut-il. (Belga)