Le Serbe affrontera dimanche le Britannique Andy Murray, 2e mondial, ou le Canadien Milos Raonic (ATP 14) qui se disputent le deuxième billet vendredi. Djokovic n'a encore jamais perdu une finale à Melbourne. C'était le 45e match entre Djokovic et Federer et le Serbe a désormais l'avantage 23 à 22. Plus important, il a confirmé sa suprématie dans les grands matches en remportant cette demi-finale après les trois grandes finales de 2015 à Wimbledon, à l'US Open et au Masters. En Grand Chelem, Federer n'a plus battu Djokovic depuis Wimbledon en 2012. Le N.1 mondial a joué un tennis idéal pendant deux sets. Indéboulonnable sur sa ligne de fond, impossible à déborder, il n'a rien manqué, poussant Federer à commettre de nombreuses fautes, et a placé de fulgurantes accélérations, parfois dans des angles étonnants. Le Serbe a fait seulement deux erreurs directes dans le premier set et quatre dans le deuxième, contre 24 de son adversaire. Le Suisse semblait se diriger tout droit vers une de ses pires défaites en Grand Chelem. Il est passé tout près de la déroute lorsqu'il a sauvé une balle de break à 2-2 dans la troisième manche, avant de réagir en grand champion. Au jeu suivant, il a réussi enfin le break - il n'avait eu aucune occasion jusque-là - dans une formidable ovation de la Rod Laver Arena. Le public ne voulait pas voir le quadruple vainqueur du tournoi subir une humiliation. Dans ce set, Djokovic est tombé un peu dans la facilité, oubliant de prendre des risques. Federer, souvent au filet, en a profité pour réduire le score à deux manches à une. On a alors fermé le toit rétractable du stade car la pluie menaçait. Les débats sont restés équilibrés mais une panne de première balle de Federer, et un service-volée téméraire sur un deuxième service, ont permis à Djokovic de faire le break décisif pour mener 5-3 puis conclure en 2h19. "J'ai joué un tennis incroyable pendant les deux premiers sets. C'est ce qu'il fallait contre Roger, qui joue à un très haut niveau depuis le début du tournoi. Je savais qu'il allait être agressif, qu'il allait monter au filet. J'ai fait ce qu'il fallait pour le contrer. Ça a été une belle bataille", a commenté Djokovic. . (Belga)

Le Serbe affrontera dimanche le Britannique Andy Murray, 2e mondial, ou le Canadien Milos Raonic (ATP 14) qui se disputent le deuxième billet vendredi. Djokovic n'a encore jamais perdu une finale à Melbourne. C'était le 45e match entre Djokovic et Federer et le Serbe a désormais l'avantage 23 à 22. Plus important, il a confirmé sa suprématie dans les grands matches en remportant cette demi-finale après les trois grandes finales de 2015 à Wimbledon, à l'US Open et au Masters. En Grand Chelem, Federer n'a plus battu Djokovic depuis Wimbledon en 2012. Le N.1 mondial a joué un tennis idéal pendant deux sets. Indéboulonnable sur sa ligne de fond, impossible à déborder, il n'a rien manqué, poussant Federer à commettre de nombreuses fautes, et a placé de fulgurantes accélérations, parfois dans des angles étonnants. Le Serbe a fait seulement deux erreurs directes dans le premier set et quatre dans le deuxième, contre 24 de son adversaire. Le Suisse semblait se diriger tout droit vers une de ses pires défaites en Grand Chelem. Il est passé tout près de la déroute lorsqu'il a sauvé une balle de break à 2-2 dans la troisième manche, avant de réagir en grand champion. Au jeu suivant, il a réussi enfin le break - il n'avait eu aucune occasion jusque-là - dans une formidable ovation de la Rod Laver Arena. Le public ne voulait pas voir le quadruple vainqueur du tournoi subir une humiliation. Dans ce set, Djokovic est tombé un peu dans la facilité, oubliant de prendre des risques. Federer, souvent au filet, en a profité pour réduire le score à deux manches à une. On a alors fermé le toit rétractable du stade car la pluie menaçait. Les débats sont restés équilibrés mais une panne de première balle de Federer, et un service-volée téméraire sur un deuxième service, ont permis à Djokovic de faire le break décisif pour mener 5-3 puis conclure en 2h19. "J'ai joué un tennis incroyable pendant les deux premiers sets. C'est ce qu'il fallait contre Roger, qui joue à un très haut niveau depuis le début du tournoi. Je savais qu'il allait être agressif, qu'il allait monter au filet. J'ai fait ce qu'il fallait pour le contrer. Ça a été une belle bataille", a commenté Djokovic. . (Belga)