La Belgique a donc atteint son but, trouvé son graal. Voici douze ans que toute la nation attendait cela : une participation à un tournoi majeur. En l'emportant 1-2 en Croatie, les Diables Rouges ont donc rempli leur devoir.

C'est encore une grande leçon de patience et de maturité que les Belges ont donné en première mi-temps de ce match décisif. Les Belges ont fait le dos rond pendant dix minutes, sans se désunir et en tentant de monopoliser le ballon le plus possible. C'est pourtant sur deux reconversions rapides que les Diables crucifièrent les Croates. Steven Defour profitait d'une mauvaise passe de Perisic pour offrir à Lukaku une balle en profondeur. L'attaquant d'Everton faisait parler sa puissance et avec intelligence éliminait Pletikosa. Dix minutes plus tard, c'est tout en puissance que le même Lukaku traversa tout le terrain avant de doubler la mise.

En remportant tous ses matches à l'extérieur, la Belgique a assis son nouveau statut de place forte du football belge. Certes, on pourra toujours rétorquer que le groupe de qualification ne proposait aucun cador européen. Mais à défaut de cador, il offrait tout de même des adversaires très difficiles à manoeuvrer dans leur antre. Or, même si à plusieurs reprises, les Belges ont plié, ils n'ont jamais rompu et on peut même dire que chaque victoire à l'extérieur est largement méritée.

Le Premier Ministre, Elio Di Rupo, était présent et n'a pas manqué d'aller saluer les joueurs qui l'ont aspergé d'eau. Cela criait et chantait dans le vestiaire. Dans l'autre camp, les supporters croates réclamaient la tête de leur sélectionneur, Igor Stimac. "Au-delà de la qualification, il faut souligner le bilan de 23 points sur 25. A ce niveau-là, c'est extraordinaire", soulevait le président de la Commission technique, Philippe Collin.

Après une courte nuit (les Diables sont retournés dans la nuit - la presse et consultants le lendemain matin), une certaine euphorie planait sur la délégation. Le match de mercredi face au Pays de Galles sera un match de gala pour tout le monde.

Top-3 des Diables

1. Romelu Lukaku : Depuis le début de la campagne, le sélectionneur lui préfère Christian Benteke, plus mur et capable de mieux conserver le ballon. Hier, on a perçu toutes les qualités (puissance, vitesse et sens du but), après avoir entraperçu les défauts pendant 15 minutes (pertes de balle trop rapides) du buteur d'Everton.

2. Marouane Fellaini : Impressionnant pendant tout le match, tant au niveau de la récupération que de l'impact offensif. Toujours à la chasse du ballon, il a gagné tous ses duels et a réussi la plupart de ses passes.

3. Axel Witsel : A l'image de sa campagne qualificative, il fut sobre mais brillant. Toujours bien placé, il récupère beaucoup de ballons et rassure toute l'équipe. Et sa qualité de passes reste au-dessus de la moyenne.

La Belgique a donc atteint son but, trouvé son graal. Voici douze ans que toute la nation attendait cela : une participation à un tournoi majeur. En l'emportant 1-2 en Croatie, les Diables Rouges ont donc rempli leur devoir.C'est encore une grande leçon de patience et de maturité que les Belges ont donné en première mi-temps de ce match décisif. Les Belges ont fait le dos rond pendant dix minutes, sans se désunir et en tentant de monopoliser le ballon le plus possible. C'est pourtant sur deux reconversions rapides que les Diables crucifièrent les Croates. Steven Defour profitait d'une mauvaise passe de Perisic pour offrir à Lukaku une balle en profondeur. L'attaquant d'Everton faisait parler sa puissance et avec intelligence éliminait Pletikosa. Dix minutes plus tard, c'est tout en puissance que le même Lukaku traversa tout le terrain avant de doubler la mise. En remportant tous ses matches à l'extérieur, la Belgique a assis son nouveau statut de place forte du football belge. Certes, on pourra toujours rétorquer que le groupe de qualification ne proposait aucun cador européen. Mais à défaut de cador, il offrait tout de même des adversaires très difficiles à manoeuvrer dans leur antre. Or, même si à plusieurs reprises, les Belges ont plié, ils n'ont jamais rompu et on peut même dire que chaque victoire à l'extérieur est largement méritée. Le Premier Ministre, Elio Di Rupo, était présent et n'a pas manqué d'aller saluer les joueurs qui l'ont aspergé d'eau. Cela criait et chantait dans le vestiaire. Dans l'autre camp, les supporters croates réclamaient la tête de leur sélectionneur, Igor Stimac. "Au-delà de la qualification, il faut souligner le bilan de 23 points sur 25. A ce niveau-là, c'est extraordinaire", soulevait le président de la Commission technique, Philippe Collin. Après une courte nuit (les Diables sont retournés dans la nuit - la presse et consultants le lendemain matin), une certaine euphorie planait sur la délégation. Le match de mercredi face au Pays de Galles sera un match de gala pour tout le monde. Top-3 des Diables 1. Romelu Lukaku : Depuis le début de la campagne, le sélectionneur lui préfère Christian Benteke, plus mur et capable de mieux conserver le ballon. Hier, on a perçu toutes les qualités (puissance, vitesse et sens du but), après avoir entraperçu les défauts pendant 15 minutes (pertes de balle trop rapides) du buteur d'Everton. 2. Marouane Fellaini : Impressionnant pendant tout le match, tant au niveau de la récupération que de l'impact offensif. Toujours à la chasse du ballon, il a gagné tous ses duels et a réussi la plupart de ses passes. 3. Axel Witsel : A l'image de sa campagne qualificative, il fut sobre mais brillant. Toujours bien placé, il récupère beaucoup de ballons et rassure toute l'équipe. Et sa qualité de passes reste au-dessus de la moyenne.