"Quand j'ai été sorti de mon lit le 10 octobre 2018, je suis tombé des nues. Je ne savais pas de quoi il s'agissait. Au poste de police de Waregem, on m'a dit qu'il s'agissait de l'opération 'mains propres'. Je me demandais ce que j'avais à voir avec ça. Ma copine était dans tous ses états, mais je l'ai rassurée, 'je vais revenir tantôt" et je lui ai demandé d'appeler mon agent", a raconté Myny. "Les enquêteurs m'ont embarqué et menotté. On m'a mis dans une cellule commune et je ne pouvais parler à personne. Je ne savais pas du tout de quoi il s'agissait. Après six heures en cellule, j'ai été entendu. Les enquêteurs ont dit qu'ils savaient déjà tout, et je n'avais juste qu'à dire la vérité. Je me suis ensuite souvenu de la conversation téléphonique avec l'agent de joueurs Thomas Troch. Je leur ai dit comment ça s'était passé. C'est tout. À ma grande surprise, je n'ai pas eu le droit de rentrer chez moi. Avec un lien autour des jambes et menotté, j'ai été emmené devant le juge d'instruction. Ils m'ont dit que c'était tout à fait exceptionnel. J'étais particulièrement nerveux. J'ai dit la même chose au juge d'instruction. J'ai été libéré sans conditions. J'ai pris le train pour Louvain, où ma famille m'attendait. Ma tête est apparue partout à la télé. Je le savais: ce n'est pas bon." "Je ne suis pas en colère contre Walter Mortelmans et Thomas Troch, mais tout cela aurait pu être évité. Je n'ai peut-être pas été assez clair sur le fait que Thomas ne voulait rien dire de spécial avec cet appel. Je suis donc déçu. Je suis heureux de savoir que je pourrai raconter mon histoire un jour. Les supporters me crient toutes sortes de choses pour me désorienter. Tous les jours, j'y suis confronté. Cela me poursuivra le restant de ma vie." Myny a eu du mal à terminer sa déclaration. "Vous déciderez de mon avenir. Mais n'oubliez pas que je me suis battu pendant des années pour devenir footballeur professionnel. Un stupide coup de fil peut affecter et affectera ma carrière. C'est pour ça que j'ai pensé à arrêter. Mais ce n'est pas dans mon caractère. J'ai déjà été assez puni pour avoir à subir tout ça. Je déteste le monde du football, mais j'aime trop jouer le jouer." (Belga)