En 1936, à Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, la délégation belge était composée de 27 membres, la plus grande sélection belge à ce jour. En 2018, la Belgique est rentrée des JO hivernaux avec une médaille pour la première fois en 20 an. Bart Swings avait enlevé l'argent dans l'épreuve de patinage de vitesse départ groupé (Mass start). "La médaille de Bart a certainement créé un certain élan en 2018 ", a expliqué Spahl lors du stage du COIB à Rio Maior au Portugal. "En outre, le fonctionnement structurel des fédérations et le soutien des Communautés au fonctionnement du sport de haut niveau des fédérations et leur vision à long terme portent leurs fruits. Le fait que nous aurons probablement une grande délégation a également été pris en compte. Le fait que nous aurons probablement une délégation importante est également lié aux équipes de relais. En shorttrack, nous visons une équipe d'hommes et une équipe mixte en relais. Il est également réaliste de penser que nous enverrons une équipe masculine en biathlon. L'ambition du COIB est d'augmenter de manière significative le nombre de places parmi le Top 8 par rapport à Pyeongchang. "Là-bas, Bart Swings a assuré à lui seul quatre diplômes olympiques (Top 8, NDLR)", a déclaré Spahl. "Maintenant, nous espérons que davantage d'athlètes seront en mesure de le faire". "Nous devons être réalistes en ce qui concerne les médailles. Bien sûr, nous considérons Bart comme un candidat à la médaille. Dans les autres disciplines, nous ne pouvons pas viser aussi haut pour le moment." Depuis Sotchi 2014, le COIB applique les critères de sélection internationaux. Exceptionnellement, il peut autoriser les fédérations belges qui le souhaitent à établir leurs propres critères de sélection, plus stricts que les critères internationaux. "Pour les Jeux Olympiques de Pékin, tels qu'ils se présentent actuellement, nous aurons probablement deux moments de sélection", a déclaré Spahl. "La première juste avant la période de Noël pour les épreuves de patinage et une seconde peu après le 15 janvier pour les disciplines de ski et de neige et pour les bobsleigh et skeleton. Les athlètes n'auront donc la certitude de leur sélection qu'à un stade avancé. Une semaine plus tard, la délégation part déjà pour la capitale chinoise." Dans le cadre de la préparation de Pyeongchang en 2018, les skieurs alpins Marjolein Decroix et Dries Van den Broecke s'étaient rendus devant le tribunal civil pour contester la sélection de Sam Maes, parce qu'ils estimaient qu'ils avaient davantage droit à une place de départ. "Tout le monde a le droit d'y aller s'il pense qu'une décision n'est pas justifiée", a expliqué Olaf Spahl. "Mais nous essayons de faire des choix de manière très transparente, sur la base des critères internationaux et des critères de sélection supplémentaires au sein des fédérations nationales. L'été dernier, nous avons fait, en collaboration avec un cabinet d'avocats, des efforts supplémentaires pour que tout soit aussi clair que possible dans ce domaine." Il y aura trois "clusters" aux prochains Jeux d'hiver : Pékin, Yanqing et Zhangjiakou. La Belgique sera représentée dans chacun d'entre eux avec entre cinq et huit athlètes. "C'est pour nous, en tant que pays avec moins de participants un énorme défi d'organiser cela de manière optimale et de fournir un bon encadrement sur chaque site", a conclu Olaf Spahl. (Belga)

En 1936, à Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, la délégation belge était composée de 27 membres, la plus grande sélection belge à ce jour. En 2018, la Belgique est rentrée des JO hivernaux avec une médaille pour la première fois en 20 an. Bart Swings avait enlevé l'argent dans l'épreuve de patinage de vitesse départ groupé (Mass start). "La médaille de Bart a certainement créé un certain élan en 2018 ", a expliqué Spahl lors du stage du COIB à Rio Maior au Portugal. "En outre, le fonctionnement structurel des fédérations et le soutien des Communautés au fonctionnement du sport de haut niveau des fédérations et leur vision à long terme portent leurs fruits. Le fait que nous aurons probablement une grande délégation a également été pris en compte. Le fait que nous aurons probablement une délégation importante est également lié aux équipes de relais. En shorttrack, nous visons une équipe d'hommes et une équipe mixte en relais. Il est également réaliste de penser que nous enverrons une équipe masculine en biathlon. L'ambition du COIB est d'augmenter de manière significative le nombre de places parmi le Top 8 par rapport à Pyeongchang. "Là-bas, Bart Swings a assuré à lui seul quatre diplômes olympiques (Top 8, NDLR)", a déclaré Spahl. "Maintenant, nous espérons que davantage d'athlètes seront en mesure de le faire". "Nous devons être réalistes en ce qui concerne les médailles. Bien sûr, nous considérons Bart comme un candidat à la médaille. Dans les autres disciplines, nous ne pouvons pas viser aussi haut pour le moment." Depuis Sotchi 2014, le COIB applique les critères de sélection internationaux. Exceptionnellement, il peut autoriser les fédérations belges qui le souhaitent à établir leurs propres critères de sélection, plus stricts que les critères internationaux. "Pour les Jeux Olympiques de Pékin, tels qu'ils se présentent actuellement, nous aurons probablement deux moments de sélection", a déclaré Spahl. "La première juste avant la période de Noël pour les épreuves de patinage et une seconde peu après le 15 janvier pour les disciplines de ski et de neige et pour les bobsleigh et skeleton. Les athlètes n'auront donc la certitude de leur sélection qu'à un stade avancé. Une semaine plus tard, la délégation part déjà pour la capitale chinoise." Dans le cadre de la préparation de Pyeongchang en 2018, les skieurs alpins Marjolein Decroix et Dries Van den Broecke s'étaient rendus devant le tribunal civil pour contester la sélection de Sam Maes, parce qu'ils estimaient qu'ils avaient davantage droit à une place de départ. "Tout le monde a le droit d'y aller s'il pense qu'une décision n'est pas justifiée", a expliqué Olaf Spahl. "Mais nous essayons de faire des choix de manière très transparente, sur la base des critères internationaux et des critères de sélection supplémentaires au sein des fédérations nationales. L'été dernier, nous avons fait, en collaboration avec un cabinet d'avocats, des efforts supplémentaires pour que tout soit aussi clair que possible dans ce domaine." Il y aura trois "clusters" aux prochains Jeux d'hiver : Pékin, Yanqing et Zhangjiakou. La Belgique sera représentée dans chacun d'entre eux avec entre cinq et huit athlètes. "C'est pour nous, en tant que pays avec moins de participants un énorme défi d'organiser cela de manière optimale et de fournir un bon encadrement sur chaque site", a conclu Olaf Spahl. (Belga)