"Comme annoncé fin janvier, Oud-Heverlee Louvain a conclu un accord de principe avec un investisseur chinois (Shanghai Naisi Investment Management Center, ndlr.)", a communiqué le club louvaniste sur son site internet mercredi. Le conseil d'administration de l'OHL espérait recevoir des réponses de la délégation chinoise concernant certaines interrogations sur les objectifs à long terme du club. "Mais la délégation a écourté son passage en Belgique et a quitté le pays mardi matin car le conseil communal a annulé au dernier moment une réunion prévue de longue date", peut-on encore lire dans le communiqué publié par OHL. "Nous n'avons donc eu aucune réponse à nos questions".

"Actuellement, le club reste lié à l'accord de principe qu'il a eu avec l'investisseur chinois. En attendant la réponse de l'investisseur chinois, nous avons décidé, en tant que bon père de famille, de prendre une série de mesures en cas d'échec des négociations".

"Si nous sommes forcés à trouver un nouveau repreneur, nous le ferons dans la plus grande transparence possible via un conseiller financier indépendant. Nous tenons à organiser un terrain de jeu équitable pour tous les candidats intéressés. Chaque candidat devra répondre aux mêmes questions posées à l'investisseur chinois", a conclu le club.

"Comme annoncé fin janvier, Oud-Heverlee Louvain a conclu un accord de principe avec un investisseur chinois (Shanghai Naisi Investment Management Center, ndlr.)", a communiqué le club louvaniste sur son site internet mercredi. Le conseil d'administration de l'OHL espérait recevoir des réponses de la délégation chinoise concernant certaines interrogations sur les objectifs à long terme du club. "Mais la délégation a écourté son passage en Belgique et a quitté le pays mardi matin car le conseil communal a annulé au dernier moment une réunion prévue de longue date", peut-on encore lire dans le communiqué publié par OHL. "Nous n'avons donc eu aucune réponse à nos questions". "Actuellement, le club reste lié à l'accord de principe qu'il a eu avec l'investisseur chinois. En attendant la réponse de l'investisseur chinois, nous avons décidé, en tant que bon père de famille, de prendre une série de mesures en cas d'échec des négociations". "Si nous sommes forcés à trouver un nouveau repreneur, nous le ferons dans la plus grande transparence possible via un conseiller financier indépendant. Nous tenons à organiser un terrain de jeu équitable pour tous les candidats intéressés. Chaque candidat devra répondre aux mêmes questions posées à l'investisseur chinois", a conclu le club.