"Je suis prêt à vivre et respirer le tennis au cours des semaines de compétition à venir. Merci à tous de votre soutien! Idemooo (Alleeeez, NDLR) 2022", a écrit le Serbe sur sa page Instagram pour accompagner une photo de lui à l'aéroport avec un sac de raquettes. "J'ai passé du très bon temps avec ceux que j'aime durant les vacances et aujourd'hui, je pars pour Down Under (l'Australie) grâce à une dérogation", souligne-t-il. Depuis des mois, Djokovic laissait planer le doute, en raison de l'obligation faite aux joueurs de se vacciner pour entrer en Australie, sur sa participation à la première levée du Grand Chelem 2022, où il visera un 21e titre majeur record, lui qui avait égalé Roger Federer et Rafael Nadal (20) en s'imposant à Wimbledon l'an dernier. Or, l'Open d'Australie est son tournoi fétiche: c'est à Melbourne que le Serbe a remporté son premier titre du Grand Chelem (2008), et personne ne s'y est imposé autant que lui (neuf victoires). "Je ne sais pas si je vais aller en Australie, je ne sais pas ce qui se passe. La situation actuellement n'est pas bonne", avait-il ainsi déclaré au quotidien serbe Blic en octobre 2021, refusant de dire s'il était vacciné ou non. "C'est une affaire privée". Après de nouvelles déclarations évasives sur sa venue en Australie, son forfait sans justification pour l'ATP Cup, quelques jours avant ce tournoi par équipes organisé à Sydney du 1er au 9 janvier, avait encore épaissi le doute quant à sa participation à l'Open d'Australie. Le N.1 mondial s'était exprimé dès avril 2020 contre la vaccination obligatoire, alors envisagée pour permettre la reprise des tournois. "Personnellement, je ne suis pas pour les vaccins. Je n'aimerais pas que quelqu'un m'oblige à me faire vacciner pour voyager", avait alors affirmé "Nole" lors d'une conversation avec plusieurs sportifs serbes sur sa page Facebook. Le Serbe avait quelques semaines plus tard été critiqué pour avoir organisé début juin 2020 dans les Balkans l'Adria Tour, un tournoi caritatif itinérant au mépris de toute précaution sanitaire (stade comble sans port du masque, accolades entre joueurs et joueuses sur le court, dîners communs et sorties en boîte de nuit). A l'issue du tournoi, Djokovic avait été testé positif au Covid-19, tout comme son compatriote Viktor Troicki, le Croate Borna Coric et le Bulgare Grigor Dimitrov. "Je suis profondément désolé que notre tournoi ait pu causer de tels dommages", s'était excusé Djokovic à l'époque. "Nous avons eu tort, c'était trop tôt" pour organiser un tel tournoi, avait-il reconnu. (Belga)

"Je suis prêt à vivre et respirer le tennis au cours des semaines de compétition à venir. Merci à tous de votre soutien! Idemooo (Alleeeez, NDLR) 2022", a écrit le Serbe sur sa page Instagram pour accompagner une photo de lui à l'aéroport avec un sac de raquettes. "J'ai passé du très bon temps avec ceux que j'aime durant les vacances et aujourd'hui, je pars pour Down Under (l'Australie) grâce à une dérogation", souligne-t-il. Depuis des mois, Djokovic laissait planer le doute, en raison de l'obligation faite aux joueurs de se vacciner pour entrer en Australie, sur sa participation à la première levée du Grand Chelem 2022, où il visera un 21e titre majeur record, lui qui avait égalé Roger Federer et Rafael Nadal (20) en s'imposant à Wimbledon l'an dernier. Or, l'Open d'Australie est son tournoi fétiche: c'est à Melbourne que le Serbe a remporté son premier titre du Grand Chelem (2008), et personne ne s'y est imposé autant que lui (neuf victoires). "Je ne sais pas si je vais aller en Australie, je ne sais pas ce qui se passe. La situation actuellement n'est pas bonne", avait-il ainsi déclaré au quotidien serbe Blic en octobre 2021, refusant de dire s'il était vacciné ou non. "C'est une affaire privée". Après de nouvelles déclarations évasives sur sa venue en Australie, son forfait sans justification pour l'ATP Cup, quelques jours avant ce tournoi par équipes organisé à Sydney du 1er au 9 janvier, avait encore épaissi le doute quant à sa participation à l'Open d'Australie. Le N.1 mondial s'était exprimé dès avril 2020 contre la vaccination obligatoire, alors envisagée pour permettre la reprise des tournois. "Personnellement, je ne suis pas pour les vaccins. Je n'aimerais pas que quelqu'un m'oblige à me faire vacciner pour voyager", avait alors affirmé "Nole" lors d'une conversation avec plusieurs sportifs serbes sur sa page Facebook. Le Serbe avait quelques semaines plus tard été critiqué pour avoir organisé début juin 2020 dans les Balkans l'Adria Tour, un tournoi caritatif itinérant au mépris de toute précaution sanitaire (stade comble sans port du masque, accolades entre joueurs et joueuses sur le court, dîners communs et sorties en boîte de nuit). A l'issue du tournoi, Djokovic avait été testé positif au Covid-19, tout comme son compatriote Viktor Troicki, le Croate Borna Coric et le Bulgare Grigor Dimitrov. "Je suis profondément désolé que notre tournoi ait pu causer de tels dommages", s'était excusé Djokovic à l'époque. "Nous avons eu tort, c'était trop tôt" pour organiser un tel tournoi, avait-il reconnu. (Belga)