Après six ans de présidence, l'ancien ministre australien John Fahey s'apprête donc à passer la main au Britannique Craig Reedie, au nom de l'équilibre de l'AMA que le mouvement sportif et les gouvernements financent à parts égales depuis 2002.

Reedie, ancien joueur de badminton et ancien président du comité olympique britannique, prendra officiellement ses fonctions au 1er janvier 2014. Et dès l'année suivante, aura à sa disposition un outil entièrement revu, à travers le code mondial antidopage nouvelle version.

Celui-ci va être adopté vendredi et apporte de profonds changements dans l'échelle des sanctions, avec en particulier le passage de deux à quatre ans de suspension pour une première violation, à moins qu'elle ne soit pas intentionnelle.

Cette mesure aura pour effet d'écarter de fait de l'édition suivante des jeux Olympiques les sportifs convaincus de dopage.

Le code révisé, qui entrera en vigueur en 2015, comporte d'autres nouveautés.

Il va par exemple faciliter le pouvoir d'investigation dévolu à l'AMA, donner une plus grande place au profilage des sportifs, s'intéresser davantage à leur entourage et, de manière globale, permettre de rendre les tests plus efficaces tout en rationalisant les rôles et les interactions entre les différents acteurs de la lutte antidopage.

Après six ans de présidence, l'ancien ministre australien John Fahey s'apprête donc à passer la main au Britannique Craig Reedie, au nom de l'équilibre de l'AMA que le mouvement sportif et les gouvernements financent à parts égales depuis 2002. Reedie, ancien joueur de badminton et ancien président du comité olympique britannique, prendra officiellement ses fonctions au 1er janvier 2014. Et dès l'année suivante, aura à sa disposition un outil entièrement revu, à travers le code mondial antidopage nouvelle version. Celui-ci va être adopté vendredi et apporte de profonds changements dans l'échelle des sanctions, avec en particulier le passage de deux à quatre ans de suspension pour une première violation, à moins qu'elle ne soit pas intentionnelle. Cette mesure aura pour effet d'écarter de fait de l'édition suivante des jeux Olympiques les sportifs convaincus de dopage. Le code révisé, qui entrera en vigueur en 2015, comporte d'autres nouveautés. Il va par exemple faciliter le pouvoir d'investigation dévolu à l'AMA, donner une plus grande place au profilage des sportifs, s'intéresser davantage à leur entourage et, de manière globale, permettre de rendre les tests plus efficaces tout en rationalisant les rôles et les interactions entre les différents acteurs de la lutte antidopage.