Nicolas Almagro est un véritable 'crocodile' de la terre battue, comme l'on dit dans le jargon du tennis. Le natif de Murcie a ainsi remporté ses 13 titres en carrière sur la brique pilée. Ancien N.9 à l'ATP, en 2011, et déjà trois fois quart de finaliste à Roland Garros, il a repris des couleurs ces derniers temps après une blessure au pied gauche qui l'a fait retomber à la 174e place mondiale en mai 2015. "J'ai dû être opéré et j'ai mis du temps à m'en remettre. Là, je me sens à nouveau en forme. Et forcément, cela fait une grosse différence. J'ai également un nouveau coach depuis six mois, Mariano Monachesi. Il est Argentin. Il a 44 ans, il a les cheveux gris, et il adore le gin. Mais pas moi, je vous rassure", sourit-il. Nicolas Almagro a toujours battu David Goffin jusqu'ici, mais il sait que beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et pas que ceux de la Seine, depuis le dernier duel, à Monte-Carlo en 2013. Fort de son titre au tournoi d'Estoril, fin avril, l'Espagnol y croit toutefois. "Goffin est un joueur tout terrain qui a un gros potentiel. Mais je ne vais pas vous énumérer ses points forts, sans quoi il va tâcher d'en tirer profit. Oui, je sais qu'il est vif. Je m'attends à un match similaire à celui contre Kohlschreiber au premier tour. Ce sera une belle bagarre et je vais tout faire pour être prêt." (Belga)

Nicolas Almagro est un véritable 'crocodile' de la terre battue, comme l'on dit dans le jargon du tennis. Le natif de Murcie a ainsi remporté ses 13 titres en carrière sur la brique pilée. Ancien N.9 à l'ATP, en 2011, et déjà trois fois quart de finaliste à Roland Garros, il a repris des couleurs ces derniers temps après une blessure au pied gauche qui l'a fait retomber à la 174e place mondiale en mai 2015. "J'ai dû être opéré et j'ai mis du temps à m'en remettre. Là, je me sens à nouveau en forme. Et forcément, cela fait une grosse différence. J'ai également un nouveau coach depuis six mois, Mariano Monachesi. Il est Argentin. Il a 44 ans, il a les cheveux gris, et il adore le gin. Mais pas moi, je vous rassure", sourit-il. Nicolas Almagro a toujours battu David Goffin jusqu'ici, mais il sait que beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et pas que ceux de la Seine, depuis le dernier duel, à Monte-Carlo en 2013. Fort de son titre au tournoi d'Estoril, fin avril, l'Espagnol y croit toutefois. "Goffin est un joueur tout terrain qui a un gros potentiel. Mais je ne vais pas vous énumérer ses points forts, sans quoi il va tâcher d'en tirer profit. Oui, je sais qu'il est vif. Je m'attends à un match similaire à celui contre Kohlschreiber au premier tour. Ce sera une belle bagarre et je vais tout faire pour être prêt." (Belga)