L'ES11 entre Saint-Geniez et Thoard, avec ses passages verglacés ou enneigés, a été fatale à Evans. Le Gallois, qui était 3e à 9.3 secondes, a percuté un talus dans une portion pourtant sèche, avant de finir garé dans le fossé, sans pouvoir repartir directement. Si Neuville a gagné une place, le Saint-Vithois a avoué être en difficulté samedi matin, reconnaissant qu'il était victime de "problèmes" sur sa voiture après l'ES10. "Sans notre problème, nous aurions pu faire une bonne spéciale. J'ai tout le temps roulé à 75%", a avoué le Belge à l'arrivée de l'ES11, où il a terminé à la 7e place à 40.1 d'Ogier. Deux spéciales sont encore au programme de samedi. Dimanche, deux spéciales inédites, à répéter à deux reprises, boucleront cette édition 2022, première des treize manches du Mondial WRC: La Penne/Collongues (19,37 km) et Briançonnet/Entrevaux (14,26 km), la dernière citée servant également de Power Stage. (Belga)

L'ES11 entre Saint-Geniez et Thoard, avec ses passages verglacés ou enneigés, a été fatale à Evans. Le Gallois, qui était 3e à 9.3 secondes, a percuté un talus dans une portion pourtant sèche, avant de finir garé dans le fossé, sans pouvoir repartir directement. Si Neuville a gagné une place, le Saint-Vithois a avoué être en difficulté samedi matin, reconnaissant qu'il était victime de "problèmes" sur sa voiture après l'ES10. "Sans notre problème, nous aurions pu faire une bonne spéciale. J'ai tout le temps roulé à 75%", a avoué le Belge à l'arrivée de l'ES11, où il a terminé à la 7e place à 40.1 d'Ogier. Deux spéciales sont encore au programme de samedi. Dimanche, deux spéciales inédites, à répéter à deux reprises, boucleront cette édition 2022, première des treize manches du Mondial WRC: La Penne/Collongues (19,37 km) et Briançonnet/Entrevaux (14,26 km), la dernière citée servant également de Power Stage. (Belga)