Co-leader après la première spéciale jeudi soir, le Saint-Vithois a mal débuté sa journée avec une 8e place dans le tronçon d'Icmeler (24,85 km). Deuxième au championnat du monde, Neuville n'est pas parvenu à faire mieux dans la deuxième spéciale de la journée, longue de 38,15 km. "Je glisse beaucoup et je ne peux pas aller plus vite sinon je perds l'arrière", a expliqué le pilote de 31 ans, 9e de cette ES3. "Je ne sais pas quel est le meilleur choix de pneumatiques." Neuville a ensuite ponctué ce triptyque par une 2e place dans l'ES4. "La voiture ne fonctionne pas comme elle devrait. En balayant, je n'ai pas d'adhérence ni de traction. C'est une très mauvaise matinée pour nous. On donne le maximum et les temps ne suivent pas." L'Estonien Ott Tanak (Toyota), leader du championnat, est 6e et compte 8,6 secondes d'avance sur Neuville. Quant au Français Sébastien Ogier (Citroën), troisième prétendant à la couronne mondiale, il est 4e à 15,1 secondes de Lappi (Citroën). Le podium provisoire est complété par le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) et le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota). La boucle matinale sera répétée vendredi après-midi. Samedi, deux boucles et 110 km de spéciales seront au programme. Quatre spéciales (38,62 km), dont la Power Stage à Marmaris, viendront ponctuer l'épreuve dimanche. Les pistes rocailleuses et cassantes, les températures dépassant les 30 degrés et la vitesse moyenne lente, qui posent des problèmes de refroidissement, font peser d'importantes contraintes sur les mécaniques, faisant de la manche turque un test d'endurance plutôt que de vélocité. Tänak est en tête du championnat avec 205 points, 33 de plus que Neuville. Ogier suit avec 165 unités. (Belga)